La Corse - un paradis dans la méditerranée Français  

Calvi dans la Balagne

Balagne

> Calvi > Plus de photos de la région Balagne

 

La Balagne est une région fertile et vallonnée entre la Côte et la région montagneuse et est aussi appelée “le Jardin de Corse”. Sur la colline poussent des olives, des oranges, des clémentines et du raisin, mais aussi des châtaignes ne manquent pas. Les produits apportaient à Balagne jadis une grande richesse. Eparpillé dans le paysage, de nombreux petits villages trônent sur le sommet de la colline. En arrière-plan,  le paysage de montagnes grandiose s'élève jusqu'à des hauteurs de plus de 2000 mètres.

Aujourd´hui, Balagne est avec les villes de Calvi, Ile-Rousse et Algajola une des régions préférées de vacances en Corse. Des ferrys accostent ici et il y a aussi un aéroport. L'infrastructure touristique ne laisse aucun souhait ouvert.

 

 


La Balagne

 

carte de la Balagne

Carte de la Balagne

 

Cette carte est une coupure de la carte “world mapping project Corse”. REISE KNOW-HOW, édition Peter Rump GmbH

 

Grâce à la topographie de Balagne, on peut l´ordonner en deux parties: d´une part, Balagne à l´Est avec la ville principale Ile-Rousse et d´autre part, Balagne à l´ouest avec Calvi comme capitale. Les deux régions sont séparées  par un train de collines qui s'étendent environ du Monte Grossu sur le Capu di Bestia, la Bocca di Salvi jusqu'au Capu d'Occu.

La Balagne de l´Est

Ile-RousseL´Ile-Rousse (Isula Rossa/Paoliville) a été fondée par Pasquale Paoli en 1758, afin de réduire l´influence des partisans génois de Calvi et Algajola. Les premiers plans de la ville sont à voir au Musée de Paoli à Morosaglia (Castagniccia).

 

La petite île de la Pietra est redevable de son nom grâce au lieu, elle éclaire magnifiquement en rouge le coucher du soleil. Depuis déjà longtemps l´île est, qui était peuplée déjà au 6ème siècle avant J.C., reliée à la terre ferme grâce à une digue. Les Romains avaient ici aussi une petite cite de commerce. Sur la péninsule, se trouve une tour génoise assez étrange et, sur le dessus, un phare blanc, qui a été construit en 1857. Surtout au coucher du soleil, on passe des moments romantiques ici.

Directement avant la ville, une magnifique plage de sable blanche s´étend. On trouve d´autres plages à l´Ouest mais aussi à l´Est de la ville. En saison, le train fait la navette chaque heure entre l´Ile-Rousse et Calvi, on atteint beaucoup de ces plages sans sa propre voiture.

Ile-RousseA l´Ile-Rousse mais aussi aux alentours, il y a beaucoup d´hotels, d´endroits et maisons de vacances mais seulement peu de terrains de camping. Le nombre d´habitants s´élève à seulement 2750 en hiver, mais en haute saison le nombre se décuple presque. La ville semble alors exploser dans tous les sens.

Le centre de l´Ile-Rousse est la Place Paoli, comment pourrait-ce être autrement, le fondateur de la ville encadré personnellement par quatre palmiers  veille sur l´effervescence vive.  Il s´assied confortablement sous les platanes. Dans le marché aux halles couvert, on peut acheter tous les matins une multiplicité de produits corses : charcuterie, miel, fromage et toutes sortes de délices sont proposées.

On va à travers la Rue Notre Dame, on passe  le Restaurant L´Escale, que nous pouvons chaudement conseiller. Un peu plus loin et on apercoit sur le côté gauche une petite tour à toiture.

 

 

4 km à l´ouest de l´Ile-Rousse, sur la D197, se trouve le Parc de Saleccia, ouvert au printemps 2005, où une multiplicité de plantes de la région méditéranéenne est montrée. Heures d´ouverture : du 1er avril au 18 octobre, 9h30 – 19h00, lundi et samedi matin fermé. Juillet et août, tous les jours de 10 – 20h00. Entrée: 7,50 €.

Circuit par Balagne de l´est

De l´Ile-Rousse, on prend par la N197 vers l´est jusqu´à Lozari (magnifique baie de baignade), mais on ne suit pas la route principale, qui s´appelle à partir d´ici N1197, mais plutôt on tourne à droite et reste ainsi sur la N197. Celle-ci était avant la route la plus importante de Balagne et  présentait la liaison de Bastia et Corte. Grâce à la construction de la Nouvelle route, la N1197, qui mène plus à l'est presque tout droit par la vallée d'Ostriconi, l´ancienne route perdait de son importance. Mais elle est extrêmement pleine de charme et qui aimerait connaître le chemin, doit rester à partir de Lozari d´abord sur la N1197 puis tourner juste avant Ponte-Leccia sur la N197 et conduire de là jusque Belgodère.

 

BelgodereBelgodère se trouve en pente sur environ 300 m  sur la mer.  Du point de la visibilité, qui se trouve sur une petite hauteur, on a une belle vue sur la plaine, qui s´écoulera de Reginu. Le réservoir de Reginu a été construit début des années 80. Il ne sert pas à la production d´électricité plutôt à l´irrigation des champs et plantages de la région. Le nom du village signifie à peu près “joli séjour” et ca on l´a vraiment, quand on s´assied dans un des cafés en face de l´église baroque St-thomas. Sur la D197, on voit encore les ruines d´un monastère.

 

On continue sur la D71, direction Speloncato. La route traverse en bas le village Occhiatana. Ceci est souvent le cas à Balagne. La route principale mène rarement directement par le village. A Costa et Ville-di-Paraso, on passe aussi devant. Le détour vers Speloncato est une nécessité. Un peu avant Speloncato la route se raméfie dans trois directions. Ici on choisit la D63, qui mène par deux virages directement dans le village.

 

SpeloncatoSpeloncato est très joliment situé et il vaut la peine de flâner à travers les ruelles. Le soir, les petits font l´insécurité avec leur tricycle et la vieille génération s´assied sur le bord de la fontaine. A vraiment conseiller est un détour par la Bocca di a Battaglia, un col haut de 1101 m, par laquelle on  apprécie une magnifique vue lointaine. On parcourt les presque 600 mètres de hauteur en seulement 6.5 km. En chemin déjà on a une vue superbe de Speloncato. De la hauteur du col, la vue atteint parfois jusqu´à la terre ferme francaise. Si elle n'est pas visible, se répand tout au moins une grande partie de la Balagne orientale. D´ici démarrent les pilotes de parapente et delta pour s´envoler jusqu´en bas de la plaine. On descendrait derrière le col dans la vallée de Tartaigne, on arriverait dans une région touristique à peine exploitée, dans laquelle on pourrait explorer plusieurs passerelles génoises.

 

De retour à Speloncato, on atteint par la D663 de nouveau la D71. Vers Nesso aussi mène de nouveau un détour.

 

Enfin on atteint Feliceto. Ici deux ponts génois peuvent être visités, les deux sont à peine connus : Fiscione et Reginu. Qui voudrait visiter, par manque de temps, seulement une chose, devrait se décider pour Reginu. Les ponts génois sont dans Balagne d´ailleurs très rares.

 

FelicetoFiscione: pour cela, on tourne au centre du village à droite en direction de l´église, on conduit ainsi entre la chapelle et l´église. Ensuite, on tourne autour de l´église et tourne après vivement à droite (à gauche impasse). L´étroite ruelle descend raide et arrête abrupte près de la chapelle San Rocca, où on gare la voiture. Exactement au-dessous se trouve une station d´épuration. A gauche de la chapelle, le chemin mène en bas au pont. Mais le ruisseau en dessous est souvent desséché. Presque plus captivant que le pont même est la bergerie en ruine, les nombreux murs et le vieux chemin stabilisé de l´autre côté du ruisseau.  Il est en tous les cas à conseiller, de faire quelques pas sur ce chemin. Après plusieurs virages, on découvre sur le côté gauche un bâtiment rectangulaire avec un beau plafond voûté.

Reginu se trouve plus loin en bas de Feliceto. Là on pourrait même prendre un bain. Le bassin en dessous est assez profond pour pouvoir nager et y plonger dedans, mais assez sombre. De Feliceto, on laisse le village direction Muro sur la D71 et on tourne environ 500 m après la sortie du village à droite sur la D213. On suit celle-ci presque 2 km et on tourne après encore une fois vers la droite sur la D13. Après environ 500 m, on va autour d'un virage étroit à droite et suit le cours de la route encore une fois un bon kilomètre avant de garer la voiture dans un virage à gauche. Le parking est en fait quelque peu difficile, du fait qu´il n´y ait pas beaucoup de places. Exactement au virage mène une piste, que l´on suit. Tout de suite après, arrive de la droite une autre piste (prudence au retour!). Sur les deux côtés du chemin, se trouvent des murs. Du côté gauche, une horde de cochons s'arrête devant la clôture. Après environ 350 m, on apercoit déjà en-dessous le pont à gauche.

 

A Feliceto, une usine de souffleur de verres peut être visitée.

 

De Feliceto, on continue par Muro et Avapessa vers Cateri. Ici, les routes mènent dans toutes les directions possibles. On aimerait rester sur la Balagne orientale, on part direction Ile-Rousse et on tourne à moins d´un kilomètre après à droite sur la D413 vers Sant´Antonio. La route finit sur un grand parking.

 

Sant´Antonio  se trouve comme une aire d´aigle tout en haut sur une colline à plus de 450 m de hauteur. Dans le film “L´Enquête Corse”, l´endroit sert comme “Rossignioli” comme village de montagne corse typique. Du grand parking près de l´église, on peut monter sur le dos d´un âne à travers le village. On peut prendre celui-ci cependant aussi à pied. A travers d´étroits chemins,  on arrive sur une petite terrasse de vue avec un super panorama sur la Balagne jusqu'à en bas de la côte.

 

On prend le même chemin au retour direction Cateri, on tourne sur la D151 direction Aregno. Ici se trouve une église, qui s'approche beaucoup de celle de Murato (voir Nebbio), mais ne possède pas de clocher. L´Eglise de la Trinità a été construite au 12ème siècle et se trouve à l´intérieur d´un cimetière. Elle est tachetée également noire-blanche. La façade ouest avec  son entrée, mais qui est toujours fermée à chacune de nos visites, montre de jolis reliefs et sculptures. A l´intérieur il doit se trouver des fresques du 15ème siècle. Malheureusement, nous ne les avons jamais vu…

 

On continue encore toujours sur la D151 vers Pigna.

 

A Pigna, beaucoup d´artistes s´y sont installés. De loin déjà, le village donne une impression amicale avec les fenêtres des magasins bleues. On flâne à travers les ruelles, ainsi on découvre des poteries, un sculpteur de pipes, des restaurateurs d´instruments de musique. Pigna est le centre de CORSICADA, qui a été rappelé à la vie par Tony Casalonga dans les années 60. Cette société a pour but de ranimer le métier artisanal et la tradition et de maintenir l´art populaire. Dans plusieurs petits magasins, des spécialités à acheter sont proposées comme le miel, la confiture, l´huile d´olive et la charcuterie.

 

2,5 km après Pigna, on arrive à Corbara, qui est connu grâce à son monastère. Qui souhaiterait le visiter, tourne à droite avant le village (indiqué). Le monastère a été bâti au 15ème siècle par les Franciscains, détruit pendant la révolution francaise et reconstruit par les Dominicains en 1856.

Jadis Corbara était le village principal de Balagne, puis Paoliville (L´Ile-Rousse) a été fondé et le village a perdu de son importance. Mais il est toujours pittoresque. Une promenade à travers les étroites ruelles fait sûrement du bien à la fin du tour à travers la Balagne orientale.

 

Au-dessus de l'endroit, on tombe sur les ruines du Castel de Corbara qui appartenait autrefois à la famille influente Savelli. La vue sur la côte est magnifique.

 

Au village, il y a deux musées, que nous n´avons malheureusement pas encore visité.

 

AlgajolaDe Corbara, on part soit sur la D151 de nouveau sur la côte jusqu´à après l´Ile-Rousse ou bien alors on prolonge le circuit encore par Santa-Reparata-di-Balagne et on retourne sur ce chemin.

 

Algajola est contourné de la N197. La petite ville montre encore des restes de murs de forteresse, qui prouvent que les Génois tenaient ici une base. Avant il y avait ici déjà les Phéniciens, Grecs et Etrusques. A l´époque, la base de Hsanel s´appelait Argha. La forteresse est malheureusement privée et n´est pas accessible. Algajola avoisine la belle plage de Aregno, dispose de terrains de camping, hotels et aussi d´une gare.

Le tour par la Balagne de l´ouest

LumioDe Calvi on part sur la N197 direction Ile-Rousse. En pente de l´autre côté du golfe de Calvi se trouve Lumio, où on gare la voiture sur le parking public avant l´hotel Chez Charles. Ici commence la randonnée du village abandonné d'Occi, qu´on ne doit absolument pas laisser passer. Il se trouve sur une petite plaine au-dessus de Lumio et n´est accessible qu´à pied. Le dernier habitant est mort en 1927, depuis cela les maisons s´écroulent. La vue du Golfe de Calvi est merveilleuse. On a besoin d´une demi-heure pour l´ascension marquée en noire et orange.Occi

A peu près au-dessous de Lumio, une petite route va de la N197 au Domaine de Culombu, où un bon vin rouge peut être goûté. Sur le chemin vers là-bas, on passe par un cimetière, dans laquelle la chapelle romane San Petru e San Paolo se trouve. Elle vient de la 2ème moitié du 11ème siècle, est construite en un état et montre à l´entrée deux têtes de lions avec des dents de rippage et la langue tirée. Le reste de la chapelle montre aussi de riches ornementations.

De Lumio, on continue un peu sur la N197 direction Ile-Rousse, mais on tourne tout de suite après la sortie du village sur la D71 direction Lavatoggio. On traverse le village et on arrive près de Cateri à un croisement, où quatre routes se rencontrent (voir Est de Balagne). Ici on tourne sur la D151 vers Montegrossu et Calenzana. Ainsi on atteint le col de Salvi (509 m). D´ici, la route panoramique mène vers le sud. On a une belle vue sur l'ouest de Balagne. Tout de suite au-dessous de la route, environ sur 2 km après le col, se trouve une place de départ pour les pilotes de parapente. Avec l´entreprise Altore, on peut à partir d´ici entreprendre de jolis vols en tant que passager. Peu avant Montemaggiore, on détourne dans une forte courbe à droite une petite route par le cimetière avec l´église romane San Raineru. Elle montre comme celle  de Murat ou Aregno une façade en polichrome, mais moins belles que les premières nommées.

Corse Balagne MontemaggioreMontemaggiore se trouve très bien sur un des trois côtés raides du train de colline escarpé. De l´esplanade de l´église du village, la vue va jusqu´à Calvi. On peut d´ici flâner à travers les petites ruelles…

 

On continue toujours sur la D151, qui mène vers Lunghignano. Juste avant ce lieu, un moulin à huile restauré se trouve tout de suite sur la route. Pendant notre dernière visite en automne, il était en fait fermé. Dans la saison, on doit pouvoir voir ici, comment un âne entraine la lourde meule.  Au village de Lunghignano même, la route passe au-dessous  et à Cassano au-dessus. Peu après, on atteint Zilia. D´ici, provient l´eau minérale du même nom, que l´on peut acheter dans toute l´île, avec ou sans gaz.

Sur le chemin vers Calenzana, on arrive à l'ancien cloître d'Alzi Pratu. Le vin du même nom est fabuleux.

 

Environ 1 km avant Calenzana, se trouve du côté droit la chapelle Sainte-Restitude. Elle a été au fil des siècles encore et toujours rénovée. Elle est dédiée à la martyre Sainte-Restitude, qui a été décapitée sous l´Empereur Diokletien. Par des détours, les reliques arrivaient à Calvi. L´Eglise est normalement fermée. À l´intérieur, il y a un autel du 4ème siècle à voir mais auss une fresque, qui représente la décapitation de Sainte-Restitude et ses partisans. Dans la crypte, se tient le sarcophage en marbre de Carrara, que l´on a découvert en 1951.

 

 

Calenzana est un des lieux le plus grand de l´arrière-pays de Balagne. Ici commence – ou finit – le fameux sentier de randonnées GR20, qui traverse l´Ile en 15 étapes. L´Eglise baroque Saint-Blaise vient du 17ème siècle. Le clocher a été construit entre 1870 et 1875. Devant on peut voir les joueurs de boules. Près de l´église se trouve le cimetière des Allemands, Campu Santu di I Tedeschi, de ceux qui ont laissé ici leur vie en 1732. Gênes demandait à  l´empereur hasbourgeois Karl VI. une aide militaire, parce que les Corses de toute l´Ile commencaient à se défendre toujours plus fortement  contre l´occupation génoise. Celui-ci envoyait une armée de 8000 Allemands mercenaires  vers le sud. En janvier 1732, Calenzana devait être attaquée. Lorsque les soldats étaient déjà dans les ruelles de Calenzana, les gens ont lancé des ruches de la fenêtre de l´étage supérieur en bas. Après cela les abeilles effrayées piquaient sur les mercenaires et c'était ensuite un jeu facile de les tuer. 500 soldats ont trouvé ainsi la mort à l´étranger.

 

De Calenzana on va sur la D51 par Moncale et la Bocca di Neraghia sur la D251, qui mène le long du ruisseau Figarella dans la forêt de Bonifatu. Elle finit sur un grand parking qui se compose de plusieurs terrasses. On descend le chemin au lit du ruisseau, on trouve des petits bassins de baignade près des ponts suspendus.

 

Quand on s´est assez rafraîchi, on reprend d´abord sur la D251 et après sur la D81 devant l´aéroport de retour vers Calvi.

 

 

Corsica Ferries

 

Arco Plage

 

Camping au bord de la mer en Corse

 

 

La Corse

 

Corsica Ferries