skip to Main Content

Monte Astu

Niveau de difficulté
Durée de la montée 03:30
Durée de la descente 02:50
Montée 1100 m
Desente 1100 m
Point culminant 1535 m
longue promenade
Randonnée facile
randonnée modérément difficile
Tour de montagne exigeant
Wanderung Monte Astu
Wanderung Monte Astu
Wanderung Monte Astu
Wanderung Monte Astu
Wanderung Monte Astu
Wanderung Monte Astu
Wanderung Monte Astu

La randonnée du Monte Astu (ou Monte Asto) reste un sommet confidentiel même parmi les connaisseurs. Le guide de randonnée Rother décrit même le sommet comme l’un des plus beaux de Corse ! Le village de Lama, accroché au flanc de la montagne, mérite à lui seul une visite !

Itinéraire

Depuis Ponte-Leccia, prenez la T30 en direction de Calvi. Après environ 15 km, tournez à droite et roulez jusqu’au village de Lama. Vous pouvez vous garer directement devant l’église.

Descriptif de la randonnée au Monte Astu

Pour éviter d’avoir la tête qui bout à cause de la chaleur sévissant même en plein mois de septembre, nous avons fait le trajet d’Algajola à Lama très tôt en voiture, soit en 30 minutes environ. Lama, encore à l’ombre au petit jour, est fidèle au village typique corse de notre imaginaire : mystérieux et ancien. Ne manquez pas de visiter l’église. De plus, c’est très pratique de se garer devant pour rassembler les bâtons de randonnée et fumer une dernière cigarette…

 

Nous nous mettons en route et après seulement quelques mètres, je choisis la mauvaise direction, abusé par ma confiance inébranlable dans mon sens de l’orientation. Depuis l’église, il faut monter, quelle que soit la ruelle que l’on prend. Tout en haut du village, nous passons devant un grand panneau et l’on peut constater : « ah, l’Astu, c’est par là » et pour preuve, ici, des plantes veulent nous piquer les jambes. Nous avions déjà prévu ce détail et avons donc enfilé nos pantalons de randonnée.

 

Un grand réservoir d’eau marque le dernier signe de civilisation humaine ; puis, un petit sentier caillouteux conduit à une forte côte en lacet. Les magnifiques points de vue sur Lama et la Balagne servent toujours d’alibi pour faire un arrêt et reprendre son souffle. Au bout d’une heure environ, la côte raide et ombragée prend fin et une pente douce nous accueille sous le soleil brûlant de septembre. Nous descendons maintenant cette pente, le Monte Asto nous narguant au loin, et après une demi-heure environ, nous atteignons quatre immenses châtaigners à l’aspect irréel. La route n’est plus très longue entre ce point et un refuge sur la crête, et un premier panorama sur le Nebbio nous fait trépigner d’impatience.

 

Situé dans un très bel endroit, le petit refuge (refuge de Prunincu) est entouré d’énormes roches arrondies et d’une croix en bois.

 

Jusqu’alors, le chemin était encore clairement indiqué, mais le repérage devient à présent un peu plus difficile car les cairns remplacent le balisage de couleur et tous les randonneurs ne résistent probalement pas à démontrer leurs talents de bâtisseur dès qu’il y a un coin de libre, même loin du sentier, ce qui complique la tâche pour repérer le chemin principal… à moins d’être scout. En outre, le chemin grimpe maintenant plus abruptement entre des épines malveillantes ; l’ascension devient alors difficile. Un champ de fougères pénible à traverser et escarpé me fait regretter en cet instant une place au soleil dans les Biergarten, mais je sais que je vais y arriver.

 

Après une bonne heure, nous atteignons un autre plateau et le sommet se rapproche. Le chemin slalome et monte maintenant légèrement pour traverser un pâturage où une brise rafraîchissante vient éponger notre sueur. Les troupeaux de vaches et de moutons sont nos seuls compagnons. À partir de là, nous suivons le balisage jaune relativement bien visible jusqu’au sommet où l’on passe d’abord entre quelques rochers sur un plateau entièrement constellé de crottes de moutons et de chèvres. Il faut passer à travers, littéralement, et ça ne sent pas la rose. Le balisage jaune joue parfois un peu à cache-cache avec nous, mais en cherchant un peu, nous découvrons qu’il est inutile d’escalader le sommet ; un chemin le contourne au nord et l’ascension se fait par l’est. Parfois, il faut s’aider un peu des mains mais le sentier n’est pas escarpé au point de prendre du magnésium ou des chaussons d’escalade.

 

Et voilà ! La croix du sommet du Monte Astu nous attend à 1535 m d’altitude avec un panorama qui nous fait oublier le champ de fougères et les pâturages constellés de crottes. Qu’il s’agisse d’une vue sur le massif du Cinto, la Balagne, Saint-Florent, le Cap Corse ou Murato… on ne s’en lasse pas !

Wanderung Monte Astu
Back To Top