skip to Main Content

Le chemin de fer de la Corse

Die korsische Eisenbahn ist ein Erlebnis: Die Fahrt lockt jedes Jahr viele Eisenbahn-Fans auf die Insel.

 

Das Y-förmige Schienennetz Korsikas misst derzeit 230.6 km und verbindet die Hafenstädte Bastia und Ajaccio (157.4 km); von Ponte-Leccia aus führt eine Strecke bis nach Calvi (73.2 km). Das abenteuerlichste Stück der meterspurigen Bahn ist zweifellos der Abschnitt zwischen Corte und Bocognano. Die meterspurige Schmalspurbahn überwindet mittels zahlreicher Viadukte und Tunnels eine maximale Steigung von nahezu 3%!

 

Zwischen 2004 und 2010 wurde das gesamte Schienennetz der CFC (Chemin de fer de la Corse) erneuert, die Signale modernisiert, viele Bahnhöfe wurden restauriert und es wurden neue Züge angeschafft.

 

Diese neuen Züge vom Typ AMG 800 (Autorail Métrique Grand confort 800kw) fahren hauptsächlich auf der Hauptstrecke Bastia-Ajaccio sowie von Ponte-Leccia nach Calvi. Auch auf der S-Bahn ähnlichen Vorortbahn von Bastia nach Casamozza (suburbain Bastia) und Ajaccio-Mezzana (suburbain Ajaccio) verkehren diese modernen, klimatisierten Triebwagen. Sie bieten rund 100 Reisenden Platz und werden in der Hauptsaison im Juli und August teilweise in Mehrfachtraktionen eingesetzt. Die bis zu 100 km/h schnellen Triebwagen haben große Panoramascheiben und bieten einen relativ guten Komfort, vor allem im Vergleich zu den alten Triebwagen.

 

Auf der Tramway de Balagne verkehren die 80er Jahre Soulé Triebwagen vom Typ X97000 und deren Steuerwagen XR9700. Diese Fahrzeuge sollen ebenfalls modernisiert und mit Klimaanlagen ausgerüstet werden.

Chemin de fer de la Corse

Faits et chiffres sur le chemin de fer corse

  • 32 tunnels
  • 14 galeries
  • 76 Ponts et viaducs
  • 83 Passages à niveau
  • L’ensemble du réseau de routes mesure 230,6 km.
  • La pente maximale est de 30 pour mille.
  • Le plus long tunnel (Vizzavona) mesure 3.916 km et est tout droit.
  • Le plus long viaduc (Vecchio, conçu par Gustave Eiffel) mesure 140 m et est haut de 94 m.
Korsische Eisenbahn
Korsische Eisenbahn
Korsische Eisenbahn
Korsika Eisenbahn
Korsika Eisenbahn
Korsika Eisenbahn

Augmentation du nombre de passagers

En particulier pendant les mois d’été, le chemin de fer corse est très fréquenté par les touristes, et le nombre de passagers n’a cessé d’augmenter ces dernières années, passant de 300 000 dans les années 1990 à près d’un million de passagers en 2015.

 

Les wagons modernes ont également permis de réduire successivement la durée du voyage. Peu avant d’atteindre Ajaccio, les wagons atteignent en fait près de 100km/h. À l’avenir, les signaux seront réglés de façon centralisée à partir de Bastia, et il sera alors possible de prévoir un intervalle plus dense avec davantage de passages de trains.

Modernisierung der korsischen Eisenbahn

Die romantische Darstellung in vielen Reiseführern ist heute nur noch wenig zutreffend. Die vielerorts beschriebenen Schrottplätze in Casamozza und Bastia sind grösstenteils geräumt, die häufig verfallenen Bahnhofsgebäude sind teilweise sehr liebevoll restauriert worden, es wurde vielerorts eine Gastronomie installiert, Hinweisschilder weisen dem Ortsunkundigen den Weg.

 

Die modernen Triebwagen fahren deutlich leiser und ruhiger als die oft beschriebenen alten Varianten, die Pünktlichkeit ist deutlich spürbar gestiegen.

 

Inzwischen hat die korsische Eisenbahn auch einen sehr guten Internetauftritt.

 

Was geblieben ist, ist die atemberaubende Streckenführung durch das Korsische Gebirge, mit tiefen Schluchten, in den Berg gesprengten Tunneln, Brücken über wilde Flüsse sowie der Blick auf die häufig unberührte Natur.

Korsische Eisenbahn: Tipps und Infos

  • Für Touristen gibt es bei Hin- und Rückfahrten am selben Tag 25% Rabatt.
  • Die Fahrkarten kauft man in den Bahnhofsgebäuden, nach Bedarfshalten oder kleineren Haltepunkten kann man die Karte auch beim Schaffner kaufen. In den Bahnhöfen kann man auch mit Karte zahlen, beim Schaffner ausschließlich in bar.
  • Große Hunde kosten 50% des Erwachsenen Fahrpreises, kleine Hunde, die auf dem Schoß des Besitzers Platz haben, fahren kostenlos mit.
  • Gerade in den Sommermonaten ist die Bahn zwischen Ponte-Leccia und Bocognano teilweise sehr voll, sodass es sich für Bahnreisende manchmal lohnt, jeweils vorher in den Zug zu steigen. Von Casamozza nach Ponte-Leccia ist die Bahn meist nur mäßig voll. In Vizzavona kreuzt der Fernwanderweg GR20 die Bahnstrecke, hier steigen häufig schwer bepackte Wanderer in den Zug.

Tipps für Eisenbahnfans

Für Eisenbahn Interessierte bietet die korsische Eisenbahn neben dem alltäglichen Betrieb auch die Möglichkeit, die Vergangenheit zu bewundern.

 

Der „Cercle Ferroviaire Corse“ kümmert sich um das Andenken an die bekannten alten Triebwagen und auch Güterwagen, die jahrzehnte lang das Bild Korsikas prägten. Geplant sind u.a. die betriebsmäßige Aufarbeitung eines Renault ABH Triebwagens und ggf. auch eines der legendären Billard Triebwagen A80d, ferner der auf Korsika aus alten Teilen gebauten „la bête de Calvi“, einer alten Güterzuglok, die im Bahnhof von Bastia noch abgestellt vorhanden ist.

 

Für Reisende, die sich neben der Eisenbahn auch für Geocaching interessieren, bietet es sich an, auf den Spuren der stillgelegten und abgebauten Ostbahn zu suchen. Die ehemalige Trasse ist häufig noch zu erahnen, viele alte Brücken sind nach wie vor erhalten, ebenso wie die ehemaligen Bahnhofsgebäude sowie einige Schrankenwärter Häuschen. Bei Fautea kann man den einzigen Tunnel der Ostbahn entdecken, das Südportal ist zugänglich.

Korsika Eisenbahn
Korsika Eisenbahn
Korsika Eisenbahn
Viadukt Von Gustave Eiffel über Den Vecchio
Viadukt Von Gustave Eiffel über Den Vecchio
Viadukt Von Gustave Eiffel über Den Vecchio
Eisenbahnstrecke Zwischen Calvi Und Ile-Rousse
Korsika Eisenbahn: Eisenbahnstrecke Zwischen Calvi Und Ile-Rousse
Tunnel Bei Vizzavona
Korsika Eisenbahn
Korsika Eisenbahn
Korsika Eisenbahn
Korsika Eisenbahn
Korsika Eisenbahn
Korsika Eisenbahn
Korsika Eisenbahn
Korsika Eisenbahn
Korsika Eisenbahn

Histoire du chemin de fer corse

Planification longue

Déjà en 1855 l’idée d’un chemin de fer sarde-corse errait dans la tête de monsieur Conti. Mais des plans concrets n´ont pas abouti à l´époque. En 1864, l´idée a été de nouveau reprise. On considérait à construire une ligne de chemin de fer de Bastia le long de la côte orientale jusqu’à Bonifacio. Plus tard, devait être construite une liaison de Porto-Vecchio vers Ajaccio. Avec cela, le col de Bacino de 800 m de haut devait être surmonté. Un tracé de la voie sur le col de Vizzanova avec ses 1163 était à l´époque impensable.

 

En 1868, on décidait alors d’offrir la priorité à la voie intérieure Ajaccio-Corte-Bastia et un bureau des constructions se chargeait des premières études sérieuses. On réfléchissait aussi s´il ne serait pas plus intelligent d´atteindre Corte par Aléria et la vallée de Tavignano en bas, mais il s´est décidé alors cependant pour la variante d’aujourd’hui la vallée de Golo.

 

Aussi l´idée Bastia-Aléria (avec voie secondaire vers Corte) – Porto-Vecchio – Sartène- Ajaccio a été abandonnée. Cette voie aurait évité, certes, les régions les plus montagneuses, cependant serait distinctement plus long que le tracé de la voie directe par le centre de l’île. Le financement de la construction ne pouvait pas être d´ailleurs éclairci et ainsi plusieurs années passaient de nouveau pendant que partout en Europe des réseaux ferroviaires étaient construits assidûment. En 1877, l’Etat s’occupait de l’affaire et passait commande de nouvelles études. Celles-ci se basaient sur une piste large d´un mètre (les plans d´avant prévoyaient une piste large de 1.10 m) et un rayon de virages de 80 m. En outre, une montée maximale était donnée de 30 pour milles. Lorsque les plans avançaient, Calvi et la région de Balagne voulaient avoir de même un raccord au réseau ferroviaire corse et aussi une voie d´Ajaccio vers Propriano a été inclue dans la planification.

16 ans de temps de construction

Le 7 décembre 1878, la construction de la ligne Ajaccio – Bastia a commencé. Un grand défi représentait le tunnel sous le col de Vizzano, un autre le viaduc sur la rivière de Vecchio. Pour le dernier, on a fait appel à l’ingénieur connu Gustave Eiffel. Il s´est décidé finalement pour la variante construction en acier sur des piliers de pierre. Le viaduc Eiffel a été fini le 1er octobre1892 et a une longueur de 140 m. Les deux piliers de pierre se trouvent séparer de 52 m !

 

En 1888, les premières sections ont été ouvertes. C’était le 1er février le tronçon Bastia-Corte et Casamozza-Tallone, le 17 juin le tronçon Tallone-Ghisonaccia et le 10 décembre le morceau entre Ajaccio et Bocognano.

 

Seulement un an plus tard, des premiers trains pouvaient aussi déjà partir en direction de Balagne, car le 10 janvier le tronçon Ponte-Leccia – Palasca a été ouvert. Également en 1889, en effet, le 14 juillet, la section Bocognano – Vizzavona était inaugurée. La plus grande barrière était réussie !

 

Le 15 novembre 1890, la section Palasca-Calvi a été finie. 2 ans plus tard, le 9 octobre 1892, on a ouvert le tronçon entre Vivario et Corte, lequel le 3 décembre 1864, a été inauguré solennellement. Après 16 ans de temps de construction, un train pouvait partir pour la première fois de Bastia vers Ajaccio !

Sur la côte Est, ça avançait plus lentement

Malgré beaucoup des faits topographiques simples, la construction du tronçon de la côte est venée seulement lentement. Après qu´on puisse partir en 1888 déjà de Bastia jusque vers Ghisonaccia, on avait besoin pour le tronçon Ghisonaccia – Solenzara, qui se représentait avec seulement 20 km un court morceau, jusqu’en 1930, donc 42 ans tout plein ! Cinq ans plus tard, le 21 septembre 1935, le tronçon Solenzara – Porto-Vecchio pouvait être aussi inauguré. Le réseau ferré corse avait atteint sa plus grande extension.

 

Des raisons pour ces retards massifs étaient des grèves et le début de la 1ère guerre mondiale. Était planifiée la continuation de la ligne de chemin de fer jusqu´à Bonifacio, pourtant la 2ème guerre mondiale entravait ces plans.

Destruction de la ligne sur la côte orientale

En 1943, des troupes allemandes atterrissaient en Corse. Ceux-ci bombardaient la ligne de la côte orientale, qui n´était jadis pas encore âgée de 10 ans. La gare de Bastia aussi a été très abîmée par les bombes allemandes. En tout, 450 m de pont, 1 tunnel, 5 gares, 3 halles commerciales, 4 dépôts, 15 locomotives, 3 autorails et 250 wagons ont été compléments détruits. Les archives du train ont été aussi presque complètement détruits par un incendie. Mais non seulement la ligne ferroviaire souffrait beaucoup. Aussi la N198 a été très tirée avec passion. Entre Casamozza et Bonifacio 53 ponts ont été détruits. Après la guerre, le tronçon de la côte orientale a été de nouveau remis en service entre Casamozza et Folelli.

Reprise du trafic ferroviaire après la guerre et continuation jusqu’aujourd’hui

Après la guerre, la circulation ferroviaire a été de nouveau reprise. On se contentait du tronçon Y et de la section Casamozza-Folelli, qui a été cependant fermée en 1953.

 

En 1966, les tramways de Balagne ont été rappelés à la vie. Depuis ce temps-là, 7 trains circulent chaque jour sur le très beau chemin le long de la côte.

 

Depuis 1973, de petits trains conduisent 11 fois par jour entre Bastia et Casamozza.

 

En 1982, les autorails jaune-rouge originaux avec leur remorque ont été remplacés par des trains plus modernes (bleu-blanc). Les vieux trains circulent encore aujourd´hui sur la ligne Calvi – Ile-Rousse. Près de la gare de Casamozza – où se trouve un dépôt de locomotives – en outre les autorails anciens de l’entre-guerre peuvent être regardés. Ceux-ci se rouillent là-bas.

 

Plusieurs fois, on voulait fermer le chemin de fer en raison du manque de stabilité, mais cela menait à de fortes protestations dans toute l´île. Le 1er janvier 1983, le CFC – le Chemin de Fer de la Corse – joint le SNCM, le chemin de fer de l´état français.

 

En 2004, on a commencé avec la rénovation complète des lignes, beaucoup de gares et les signalisations. Aussi le matériel à roulettes doit être remplacé en grande partie. Tous les rails ont été terminés jusque fin 2008. En tout, 123 millions d´euros ont été investis. D´autres 140 millions d´euros sont dépensés jusqu´en 2013 pour d´autres reconstructions et aménagements. En tout, la rénovation complète du chemin de fer corse arrivera à 263 millions d’euros.

 

Dans peu de temps, les nouvelles combinaisons de train, lesquelles sont testées intensément depuis 2007, doivent être mises en service. Il s’agit ici de 40 m longs AMG-801, lesquels sont distinctement plus silencieux et sur les nouveaux rails aussi distinctement plus vite que leurs prédécesseurs.  Dans une combinaison de train il y a 104 places assises. Jusqu´à trois combinaisons peuvent être accrochées les unes aux autres. Particulièrement bien sont les fenêtres panoramiques tirées vers le haut, par lesquelles le monde de montagne corse peut encore se laisser admirer beaucoup mieux. De plus, les trains sont climatisés. En tout, 12 combinaisons sont acquises. Depuis 2009, les trains sont en service.

 

Aujourd´hui le chemin de fer corse emploie environ 200 employés.

Back To Top