skip to Main Content

Procession du Vendredi Saint – U Catenacciu

Chaque Vendredi Saint, à Sartène, se tient la procession U Catenacciu, dont les origines remontent au Moyen Âge. Catenacciu vient du mot « catena », qui signifie chaîne. Le pénitent vêtu d’une aube écarlate porte une croix en bois dans les ruelles étroites de la vieille ville, revivant ainsi les étapes de la Passion du Christ. Il traîne également une lourde chaîne en fer, attachée à sa cheville dénudée. Cette procession attire un grand nombre de croyants et encore davantage de touristes à Sartène, qui déborde alors de toutes parts.

U Catenacciu
U Catenacciu
U Catenacciu
U Catenacciu
U Catenacciu
U Catenacciu
U Catenacciu
U Catenacciu Sartène
Sartène

La procession débute le Vendredi Saint soir à 21h, en l’église Sainte-Marie. Le « grand pénitent » s’agenouille devant l’autel, contre lequel il vient appuyer une croix en bois de 31 kg (37 kg selon certaines sources). À sa cheville droite, nue, est attachée une chaîne en fer lourde de 14 kg (ou de 17 kg, également en fonction des sources), qu’il doit traîner tout le long du trajet. Sur la place Porta (place de la Libération), devant l’église Sainte-Marie, les gens, pèlerins et touristes, attendent. À 21h30, le grand pénitent quitte l’église, vêtu d’une robe à capuche d’un rouge éclatant. Il porte maintenant la croix sur son épaule. Le curé de Sartène est le seul à connaître la véritable identité du pénitent, un homme qui souhaite se repentir d’un grave péché. Derrière lui marche le « petit pénitent », qui est lui vêtu de blanc. Celui-ci est autorisé à aider le grand pénitent sur le chemin du calvaire, comme autrefois Simon de Cyrène avait aidé le Christ à porter son fardeau. L’identité du petit pénitent n’est elle aussi connue que du seul curé de la paroisse. Dix pénitents drapés de noir, portant un Christ mort sculpté dans le bois, viennent leur prêter main-forte. Le cortège de la procession se termine par les membres du clergé et enfin par les pèlerins et les touristes.

La procession U Catenacciu suit un parcours d’1,8 km à travers la vieille ville de Sartène. Le Catenacciu avance pieds nus, traînant sa lourde chaîne en fer sur les pavés des ruelles, tandis que des bougies éclairent les fenêtres des maisons. Le pénitent rouge doit chuter trois fois à terre, comme le fit le Christ lors de son calvaire vers le Golgotha. Le chant « Perdono mio Dio » est chanté en boucle par les fidèles, amplifié par des haut-parleurs promenés de place en place. Le cortège traverse tout d’abord le quartier de la Vieille Ville, puis celui du Borgo, et s’achève par le sermon du curé sur la Place Porta.

 

La télévision elle-même est présente et, le lendemain, le journal Corse Matin raconte de façon détaillée l’événement.

U Catenacciu

Petits conseils si vous souhaitez assister à la procession du Vendredi Saint

  • Le Vendredi Saint, les hôtels de Sartène sont généralement désespérément complets. Il est donc fortement recommandé de réserver à l’avance ou, à défaut, de miser sur Propriano comme solution de repli.
  • Les restaurants sont eux aussi pleins à craquer ce soir-là. Si vous voulez manger quelque chose de chaud, sortez tôt ou bien réservez votre table la veille.
  • C’est dans les ruelles étroites de la vieille ville que la procession est la plus animée. Si vous voulez profiter au mieux de l’évènement, depuis la place Porta, passez sous le porche de la mairie et installez-vous sur l’un des escaliers. L’ambiance est sensiblement plus calme sur le cours Général de Gaulle ou l’avenue Jean Jaurès, où le pénitent rouge chute pour la première fois. Là-bas, vous n’aurez aucune difficulté à prendre une photo des pénitents de face.
  • Si vous souhaitez assister au début de la cérémonie dans l’église Sainte-Marie, il est préférable d’y être dès 20h, voire même encore plus tôt.
  • Quant à celles et ceux qui veulent observer la croix et la chaîne en toute tranquillité, veuillez noter que celles-ci sont accrochées tout le restant de l’année sur le mur (au fond à gauche) de l’église Sainte-Marie.
Back To Top