skip to Main Content

Mon voyage de recherche en Corse en juin 2021

Du 5 juin au 18 juin, je suis parti pour la 86e fois en Corse. Pour une fois, j’ai parcouru l’île tout seul. Pourquoi seul ? Après 20 ans de service à l’école d’Oberhelfenschwil, j’ai obtenu deux semaines de congés payés. J’en ai profité pour visiter de nombreux endroits, nouveaux ou déjà connus, en Corse. J’ai emporté mon Nikon D750 avec deux objectifs, ma nouvelle caméra 360 degrés de Ricoh et mon DJI Phantom 4 pro.

 

Pendant ces deux semaines, j’ai pris 2330 photos qui doivent maintenant être intégrées dans Paradisu dans les jours et semaines à venir. Mon téléphone portable contient de nombreux mémos vocaux que je dois écouter et transcrire. Vous allez donc découvrir de nouvelles choses dans Paradisu dans les prochains temps.

Vendredi, 4 juin

Et voilà, c’est parti ! Hier, après la fin des cours, je me suis rendu à l’aéroport de Zurich où j’ai passé le test PCR obligatoire pour entrer en Corse. Étonnamment, il s’agissait d’un test par crachat, ce qui m’a épargné le désagrément de me fouiller le nez. On m’a promis le résultat pour 12 heures ce vendredi. Et effectivement ! À la minute près, j’ai reçu le résultat du test dans ma boîte aux lettres. Négatif, comme prévu, et plus rien ne s’oppose à mon voyage.

 

J’ai dit au revoir à mes deux enfants dès le matin. En fait, je voulais rentrer brièvement à la maison après la fin des cours à midi, mais je n’avais plus le temps. Corsica Ferries a écrit le lundi que le ferry partait une heure plus tôt de Savone. Je devais donc être dans le port de Savone à 19 heures. Comme je m’attendais à des embouteillages autour de Milan, je voulais partir directement de l’école. J’ai pu faire mes adieux à Gloria, ma femme, à l’école. Le ferry (Mega Express 2) va maintenant d’abord en Sardaigne (Porto Aranchi), où il accoste à 6 heures, puis repart vers le nord jusqu’à Bastia. J’y arriverai à 11h30. C’est ennuyeux, car je perds ainsi presque une demi-journée sur l’île. En revanche, je peux voir la Corse sous une nouvelle perspective. Je n’avais encore jamais navigué en bateau le long de la côte orientale de la Corse pendant la journée.

 

Le trajet jusqu’à Savone s’est déroulé sans problème. J’ai mangé un petit quelque chose au restoroute de Viamala près de Thusis. J’ai parcouru le reste du trajet sans m’arrêter. Autour de Milan, le trafic était dense, mais sans embouteillages. J’ai donc pu arriver à temps au port et me placer en tête d’une file.

 

Personne ne s’est intéressé à un test Corona, ni à l’entrée dans le port, ni à l’embarquement. Je me suis installé dans ma cabine et je suis allé directement au restaurant, où je suis maintenant assis et où j’écris ce récit de voyage.

Korsika Recherchereise Juni 2021

Samedi, 5 juin

Grasse matinée sur le ferry de nuit ! Quand cela a-t-il déjà été possible ? Comme je ne voulais pas descendre en Sardaigne, je n’ai pas eu besoin de mettre le réveil. Bien sûr, je ne savais pas si l’on ne serait pas réveillé à 6 heures du matin et chassé de la cabine. Ce n’était pas le cas et j’ai dormi un peu plus longtemps. Juste avant que le bateau ne parte de Golfo Aranchi, je me suis levée et j’ai rassemblé mes affaires. Au restaurant, j’ai pris deux cappuccinos et deux pains au chocolat. Le temps était couvert et il pleuvait même par moments. Je pouvais donc rester à l’intérieur en toute confiance. Malheureusement, le trajet le long de la côte est de la Corse était également couvert. J’avais imaginé ce voyage plus beau. J’ai donc bien avancé dans mon livre « Le dernier voyage d’Émilie » – qui se déroule en Corse. Plus je me rapprochais de Bastia, plus le temps devenait beau.

 

Après avoir débarqué, je me suis rendue sur le parking en dessous de la place St-Nicolas. Je me suis dirigé vers le Vieux-Port et suis passé devant l’Oratoire de l’Immaculée. Un concert de polyphonie avait lieu à l’intérieur. Mais je n’ai pas eu le temps d’en profiter. J’ai photographié l’église St-Jean Baptiste. J’ai ensuite flâné de l’autre côté du port et suis monté sur la jetée. De là, on a une vue sur tout le port. C’est là que commence la nouvelle promenade Aldilonda. Elle passe sous la citadelle, juste au-dessus de la mer. Une construction très réussie. Ensuite, je suis monté à Terra Vecchia, où j’ai visité la cathédrale Santa-Maria de l’Assomption. Je suis retourné au Vieux-Port en passant par le Jardin Romieu, où j’ai fait une pause au bar Le Méditerranée (ceux qui connaissent les trois livres de Vitu Falconi vont maintenant hocher la tête en connaissance de cause).

 

Je suis ensuite retourné à la voiture et me suis dirigé vers la Corniche. Via Cardo et Ville-de-Pietrabugno, j’ai pris la D31 en direction de San-Martino-di-Lota et Santa-Maria-di-Lota. Peu avant Santa-Maria, j’ai visité le lieu de baignade. Ensuite, je suis descendu vers Miomo. En passant par Lavasina, je suis allé à Erbalunga, puis j’ai continué vers le nord jusqu’à Marine de Pietranera. Là, j’ai quitté la D80 et je suis montée à Pietracorbara. J’ai visité le lieu de baignade fluvial U Guadubughju avec son beau pont Genuser. Un peu plus bas, près du hameau de Ponticellu, j’ai cherché un autre pont génois que je ne connaissais pas encore. Je l’ai trouvé rapidement. Il est plus délicat que son frère supérieur, mais on ne peut pas se baigner dessous.

 

Il était déjà presque 19 heures et il était donc temps de se rendre au camping. Je voulais passer la nuit au camping La Pietra. La réception était fermée, mais il y avait une note sur la porte vitrée. Sur celle-ci, on nous demande de chercher un emplacement et de nous inscrire le lendemain matin. J’ai monté ma tente. Malheureusement, le restaurant était encore fermé. Je suis donc descendu en direction de la plage, où j’avais déjà vu un camion de pizza en remontant. J’y ai acheté une pizza. Ensuite, il a fallu télécharger les photos sur l’ordinateur et recharger tous les appareils. Rapidement, l’humidité s’est installée et j’ai dû déplacer mon « bureau » sous la tente.

 

Au camping La Pietra, le bloc sanitaire supérieur n’est pas encore ouvert. Il a l’air terrible après le long hiver. Celui du bas, qui se trouve juste à côté de la piscine, est d’autant plus beau. Les emplacements dans les haies sont encore tous vides. En revanche, l’herbe est haute. Tous les clients du camping – en plus de moi, environ 6 bus/campings cars – se trouvent sur la grande pelouse.

Bald In Bastia
Bald In Bastia
Der Lotse Kommt
Bastia - Terra Vecchia
Corsica Linea - Pascal Paoli
Place St-Nicolas
Place St-Nicolas - Napoleon Bonaparte
Apotheke Bastia - Corona-Test Antigen
Bastia - Rue Napoléon
Bastia - Oratoire De L'Immaculée
Korsische Polyphonie
Bastia
Bastia - St-Jean Baptiste
Bastia
Bastia - Alter Hafen - Vieux Port
Bastia - Alter Hafen - Vieux Port
Bastia - Alter Hafen - Vieux Port
Bastia - Alter Hafen - Vieux Port
Bastia - Aldilonda
Bastia - Aldilonda
Bastia - Aldilonda
Musée De Bastia
Musée De Bastia
Bastia - Treppe
Bastia - Alter Hafen
Bastia - Alter Hafen
Bei Cardo
Cardo
Blick Von Der Corniche Auf Bastia
Flussbadestelle U Guadubughju
Flussbadestelle Bei Santa-Maria-di-Lota
Miomo
Lavasina
Auf Dem Weg Zur Genueserbrücke U Guadubughju
Genueserbrücke U Guadubughju
Genueserbrücke U Guadubughju
Genueserbrücke U Guadubughju
Flussbadestelle U Guadubughju
Flussbadestelle U Guadubughju
Flussbadestelle U Guadubughju
Flussbadestelle U Guadubughju
Flussbadestelle U Guadubughju
Flussbadestelle U Guadubughju
Genueserbrücke Beim Weiler Ponticellu
Bald In BastiaDer Lotse KommtBastia - Terra VecchiaCorsica Linea - Pascal PaoliPlace St-NicolasPlace St-Nicolas - Napoleon BonaparteApotheke Bastia - Corona-Test AntigenBastia - Rue NapoléonBastia - Oratoire De L'ImmaculéeKorsische PolyphonieBastiaBastia - St-Jean BaptisteBastiaBastia - Alter Hafen - Vieux PortBastia - Alter Hafen - Vieux PortBastia - Alter Hafen - Vieux PortBastia - Alter Hafen - Vieux PortBastia - AldilondaBastia - AldilondaBastia - AldilondaMusée De BastiaMusée De BastiaBastia - TreppeBastia - Alter HafenBastia - Alter HafenBei CardoCardoBlick Von Der Corniche Auf BastiaFlussbadestelle U GuadubughjuFlussbadestelle Bei Santa-Maria-di-LotaMiomoLavasinaAuf Dem Weg Zur Genueserbrücke U GuadubughjuGenueserbrücke U GuadubughjuGenueserbrücke U GuadubughjuGenueserbrücke U GuadubughjuFlussbadestelle U GuadubughjuFlussbadestelle U GuadubughjuFlussbadestelle U GuadubughjuFlussbadestelle U GuadubughjuFlussbadestelle U GuadubughjuFlussbadestelle U GuadubughjuGenueserbrücke Beim Weiler Ponticellu

Dimanche, 6 juin

Après avoir démonté la tente, j’ai quitté le camping La Pietra pour chercher un pont génois non loin du site. Je l’ai trouvé du premier coup. Ensuite, je suis allé brièvement à la plage de Pietracorbara. Ici, il ne se passait absolument rien et la plage était déserte, à l’exception d’une seule personne. J’ai pris la D80 vers le nord et visité le village de Porticciolo. J’ai ensuite suivi la D132 et la D432 jusqu’aux hameaux de Cagnano. Depuis Piazze, une promenade d’une dizaine de minutes mène à un petit pont génois avec les vestiges d’un moulin.

 

Sur la D32, j’ai pris la direction de Luri et, juste avant le col de la Serra, je me suis promené jusqu’aux ruines du Couvent d’Oveglia. De Luri, je suis retourné sur la côte est du Cap Corse et j’ai continué à suivre la D80 vers le nord. Près de Marine de Meria, j?ai tourné sur la D135 vers Meria. Près du cimetière commence la courte randonnée vers le village abandonné de Caracu. Contrairement au très célèbre village abandonné de Lumio, les maisons ne sont pas fermées et on peut y découvrir beaucoup de choses.

 

Après cette randonnée (environ 1 h de marche aller-retour), je me suis rendu à Macinaggio où j’ai déjeuné. Malheureusement, il y avait beaucoup de vent et le ciel se couvrait de plus en plus. Après le repas, je suis monté à Tomino, où j’ai photographié la tour génoise. Ensuite, la D353 m’a conduit à Rogliano. Comme le temps était trop couvert, j’ai renoncé à prendre des photos dans le village et j’ai continué jusqu’à ce que j’atteigne à nouveau la D80. Je l’ai suivie jusqu’à Ersa, puis j’ai fait le tour par Barcaggio et Tollare. J’ai visité la nouvelle aire de stationnement pour camping-cars. Avant, on pouvait se garer directement derrière la plage. Depuis environ deux ans, ce n’est plus autorisé. En revanche, on a construit un peu plus haut un horrible emplacement sans ombre. Les camping-cars sont installés sur une énorme dalle de béton.

 

J’ai brièvement fait un détour par le Sémaphore du Cap Corse. Ensuite, j’ai suivi la D153 vers le haut et j’ai visité l’église Saint André. Malheureusement, toutes les portes sont murées. Mais comme le toit s’est partiellement effondré, j’ai pu regarder à l’intérieur avec le drone.

 

Enfin, j’ai pris la direction de Centuri. Mais avant de descendre vers le port, j’ai visité le joli hameau de Canelle. À Centuri, j’ai rendu visite à Marie-Thé et Fernand. J’ai travaillé comme serveur dans leur restaurant, qui est maintenant géré par leur fille cadette, pendant la saison 2000. J’ai dîné avec eux et j’habite maintenant dans une de leurs chambres d’hôtes.

Genueserbrücke Hinter Dem Strand Von Pietracorbara
Genueserbrücke Hinter Dem Strand Von Pietracorbara
Genueserbrücke Hinter Dem Strand Von Pietracorbara
Strand Von Pietracorbara
Porticciolo
Mühle Bei Cagnano
Genueserbrücke Bei Cagnano
Mühle Bei Cagnano
Genueserbrücke Bei Cagnano
Mühle Bei Cagnano
Genueserbrücke Bei Cagnano
Genueserbrücke Bei Cagnano
Genueserbrücke Bei Cagnano
Cagnano
Couvent D'Oveglia
Couvent D'Oveglia
Couvent D'Oveglia
Couvent D'Oveglia
Couvent D'Oveglia
Couvent D'Oveglia
Verlassenes Dorf Caracu
Verlassenes Dorf Caracu
Verlassenes Dorf Caracu
Verlassenes Dorf Caracu
Verlassenes Dorf Caracu
Verlassenes Dorf Caracu
Verlassenes Dorf Caracu
Verlassenes Dorf Caracu
Verlassenes Dorf Caracu
Verlassenes Dorf Caracu
Verlassenes Dorf Caracu
Verlassenes Dorf Caracu
Verlassenes Dorf Caracu
Verlassenes Dorf Caracu
Verlassenes Dorf Caracu
Verlassenes Dorf Caracu
Rogliano
Nordwestküste Des Cap Corse
Cocino
Canelle
Canelle
Canelle
Canelle
Canelle
Canelle
Canelle
Canelle
Restaurant Le Langoustier Centuri
Centuri
Centuri
Genueserbrücke Hinter Dem Strand Von PietracorbaraGenueserbrücke Hinter Dem Strand Von PietracorbaraStrand Von PietracorbaraPorticcioloMühle Bei CagnanoGenueserbrücke Bei CagnanoMühle Bei CagnanoGenueserbrücke Bei CagnanoMühle Bei CagnanoGenueserbrücke Bei CagnanoGenueserbrücke Bei CagnanoGenueserbrücke Bei CagnanoCagnanoCouvent D'OvegliaCouvent D'OvegliaCouvent D'OvegliaCouvent D'OvegliaCouvent D'OvegliaCouvent D'OvegliaVerlassenes Dorf CaracuVerlassenes Dorf CaracuVerlassenes Dorf CaracuVerlassenes Dorf CaracuVerlassenes Dorf CaracuVerlassenes Dorf CaracuVerlassenes Dorf CaracuVerlassenes Dorf CaracuVerlassenes Dorf CaracuVerlassenes Dorf CaracuVerlassenes Dorf CaracuVerlassenes Dorf CaracuVerlassenes Dorf CaracuVerlassenes Dorf CaracuVerlassenes Dorf CaracuVerlassenes Dorf CaracuRoglianoNordwestküste Des Cap CorseCocinoCanelleCanelleCanelleCanelleCanelleCanelleCanelleCanelleRestaurant Le Langoustier CenturiCenturiCenturi

Lundi, 7 juin

J’avais rendez-vous à neuf heures avec Marie-Thé. Sa maison se trouve juste à côté de l’immeuble où ils louent des chambres d’hôtes. Nous avons pris le petit-déjeuner, puis j’ai dû résoudre quelques problèmes d’ordinateur pour elle. Une fois ce problème réglé vers midi, il est à nouveau possible de réserver des chambres chez elle via Expedia, j’ai fait mes bagages et pris congé.

 

J’ai d’abord pris une photo à 360 degrés dans le port de Centuri, puis je suis allé à Mute et ensuite à l’ancien monastère de Centuri/Morsiglia. J’ai continué sur la D80 jusqu’à Pino, puis je suis descendu à la Marine de Scalo. C’est là que j’ai fait décoller ton drone. L’ancien monastère est en cours de rénovation et l’accès aux ruines de la tour génoise est fermé.

 

J’ai continué vers le sud et j’ai bifurqué peu avant Minervio sur la D533. Celle-ci mène à la D33. Je l’ai suivie un bon moment jusqu’à peu avant Canari. Là, juste au-dessus de la route, se trouve le village abandonné de Linaje. Mais à part la vieille tour de défense, il n’y a plus grand chose à voir. À Canari, j’ai photographié la chapelle romane, puis je suis monté jusqu’à Imiza. Mais sans carte précise, on ne trouve pas le chemin. Je me suis garé juste avant la fin de la route à Solaro Soprano et de là, je suis allé à pied (20 minutes) jusqu’au village abandonné d’Imiza. Celui-ci vaut vraiment la peine d’être vu et offre en outre une belle vue jusqu’au Désert des Agriates.

 

De Canari, je suis descendu sur la D80 jusqu’à l’ancienne usine d’amiante. Je l’ai photographiée avec mon drone. J’ai continué à monter l’ancienne route jusqu’à l’ancien site d’extraction. Cependant, plus haut, la route se dégradait de plus en plus et j’ai donc fait demi-tour. De là-haut, on peut tout de même prendre de belles photos d’Albo.

 

Près d’Albo, j’ai tourné sur la D233 vers Ogliastro. La station balnéaire en aval du village, qui semble prometteuse sur Goolge-Earth, n’est malheureusement pas accessible depuis la route. Le moulin à huile situé un peu plus haut était fermé. Je voulais visiter le pont génois depuis Ogliastro, mais les chemins dans le village étaient indiqués de manière très confuse et après une courte recherche, j’ai renoncé. Une autre fois.

 

À Nonza, j’ai visité les sources de Sainte-Lucie et pris une photo à 360 degrés de l’intérieur de l’église du village. Ensuite, je suis monté jusqu’à la tour. Là aussi, j’ai pris une photo à 360 degrés. En cette saison et dans cette situation particulière, on peut choisir entre plusieurs parkings au milieu de Nonza ! Un peu au sud de Nonza, j’ai fait décoller mon drone.

 

Il était maintenant temps de se rendre au camping. Le camping A Stella est ouvert et il y a plus de monde qu’au camping La Pietra. Malheureusement, le restaurant est encore fermé. Je n’ai donc planté la tente qu’un court instant avant de me rendre à St-Florent, où j’ai mangé. De retour au camping, j’ai eu une conversation agréable avec un homme voyageant seul et un jeune couple. Tous deux m’ont invité à boire un verre de vin, mais j’ai dû refuser, car il y avait encore beaucoup de travail à faire dans la tente (écrire, traiter des photos, etc.).

Mute
Mute
Mute
Marine De Scalo
Westküste Des Cap Corse
Westküste Des Cap Corse
Verlassenes Dorf Linaje
Marine De Giottani
Romanische Kapelle In Canari
Imiza
Imiza
Imiza
Imiza
Imiza
Imiza
Imiza
Imiza
Imiza
Imiza
Imiza
Imiza
Imiza
Imiza
Imiza
Imiza
Imiza
Imiza
Imiza
Imiza
Imiza
Quelle In Canari
Westküste Des Cap Corse
Asbestwerk Nördlich Von Nonza
Albo
Albo
Aloc
Source De Sainte-Lucie Nonza
Nonza
Nonza
Nonza
Camping A StellaCamping A Stella
Camping A Stella
Camping A Stella
MuteMuteMarine De ScaloWestküste Des Cap CorseWestküste Des Cap CorseVerlassenes Dorf LinajeMarine De GiottaniRomanische Kapelle In CanariImizaImizaImizaImizaImizaImizaImizaImizaImizaImizaImizaImizaImizaImizaImizaImizaImizaImizaImizaImizaImizaQuelle In CanariWestküste Des Cap CorseAsbestwerk Nördlich Von NonzaAlboAlboAlocSource De Sainte-Lucie NonzaNonzaNonzaNonzaCamping A StellaCamping A StellaCamping A StellaCamping A Stella

Mardi, 8 juin

Ce matin, le temps était couvert. Je suis monté à la réception du camping A Stella, où j’ai acheté mes deux pains au chocolat et commandé une grande crème. J’ai ensuite payé ma facture de camping et commencé à ranger. C’est à ce moment-là qu’il a commencé à pleuvoir et que tout a dû être fait très rapidement. J’ai fourré la tente dans la voiture, mouillée et sale.

 

J’ai pris la direction de St-Florent, puis j’ai continué à travers le Désert des Agriates. Vers l’ouest, le temps s’est amélioré. Je suis d’abord monté à Novella par une route très étroite et sinueuse sans dénomination. J’ai parcouru le village, j’ai fait un brin de causette avec un habitant, puis j’ai continué vers Palasca. Même procédure ici, mais sans bavardage. Suivirent les villages d’Occhiatana (j’avais déjà photographié en détail Belgodère et de nombreux autres villages de Balagne) et Costa. Costa m’a beaucoup plu, surtout la place devant l’église. En fait, je voulais descendre jusqu’au pont génois. Mais les deux chemins qui y mènent étaient trop envahis par la végétation. J’y ai donc renoncé et j’ai discuté avec un habitant. Celui-ci se rend chaque année avec un groupe en Suisse, à Vallorbe.

 

Un restaurant se trouve sur la route principale qui passe juste au-dessus de Costa. J’y ai dégusté une charcuterie et un rosé.

 

La prochaine étape était Ville-de-Paraso. Là aussi, j’ai eu une brève discussion avec un homme âgé. Il voulait absolument me faire prendre le chemin de randonnée qui monte à Speloncato. Je lui ai expliqué que je connaissais déjà très bien Speloncato et que j’avais un autre programme aujourd’hui. En dessous de Speloncato se trouve le village abandonné de Giustiniani et, un peu plus bas, les vestiges d’un bain romain. Malheureusement, ici aussi, le chemin était fortement envahi par la végétation et j’ai renoncé à la courte randonnée. Je la ferai une autre fois.

 

J’ai continué vers Nessa et ensuite vers Feliceto. De Feliceto, je suis monté à la Casa di u Banditu, la maison du bandit. Celle-ci se trouve sur un rocher au-dessus de Feliceto. Le chemin de randonnée est marqué par des points rouges et des flèches. Il faut compter une petite heure pour la montée et 40 minutes pour le retour. La maison des bandits est construite sous un grand promontoire rocheux et disposait de plusieurs étages. L’unique accès était protégé par un mur avec des meurtrières, mais la porte a disparu depuis. Les différents étages se sont partiellement effondrés. La vue en bas vers Feliceto et jusqu’à la côte est magnifique. Le retour se fait par le même chemin. Bientôt, la randonnée sur Paradisu sera décrite en détail.

 

Après la randonnée, je me suis rendu au camping A Marina, où je comptais passer la nuit. Malheureusement, cet endroit n’est pour l’instant ouvert qu’aux clients en mobil-homes. J’ai donc planté ma tente sur le terrain voisin, le Camping de la Plage. Pour le dîner, je suis allé à Algajola.

Mercredi, 9 juin

Aujourd’hui, il faisait déjà beau le matin et j’ai pu plier la tente au sec. Le restaurant du camping de la Plage étant encore fermé, je me suis rendu au supermarché E.Leclerc d’Ile-Rousse. J’y ai fait quelques courses et j’ai bu un café sur la terrasse, accompagné de deux pains au chocolat.

 

Je me suis ensuite rendu à la Tour de Lozari, qui a été rénovée l’année dernière – du moins ce qu’il en reste. Un escalier extérieur mène maintenant en haut et de là, on jouit d’une belle vue sur la plage de Lozari. Le voyage s’est ensuite poursuivi vers Speloncato. J’ai choisi la D113 et la D63, j’ai traversé Speloncato et j’ai continué à monter sur la D63 jusqu’à la Bocca di a Battaglia. J’arrivai ainsi dans la vallée de Tartagine. L’objectif était le village de Mausoleo, d’où j’ai entrepris une randonnée. Celle-ci passe par d’anciens chemins muletiers, on arrive à deux ponts génois – dont l’un offre même la possibilité de se baigner ! – et deux vieux moulins. En tout, j’ai mis deux heures pour faire la randonnée. Elle vaut vraiment la peine et sera bientôt décrite sur Paradisu.

 

J’ai photographié les villages de Forcili et Olmi-Cappella avec le drone et suis retourné à Speloncato. De là, j’ai continué à travers la Balagne orientale jusqu’à Lumio. Je me suis promené un peu dans le village, puis je suis monté jusqu’au lieu de baignade Figarella dans la Forêt de Bonifato. Là, j’ai d’abord photographié le célèbre lieu de baignade près du pont suspendu. Ensuite, j’ai redescendu un peu la vallée. Sur Google-Earth, j’ai découvert un bassin de baignade plus grand, que je voulais maintenant visiter. La descente en valait vraiment la peine ! Le bassin est magnifique !

 

Finalement, je me suis rendu à Calvi, où j’ai monté ma tente au camping Les Castors. Pour le dîner, je suis allé au port et j’ai mangé un menu au restaurant L’ile de Beauté.

Jeudi, 10 juin

Au camping Les Castors, le bar était déjà ouvert le matin et j’ai donc pu y déguster un café et deux pains au chocolat. Après avoir rangé mes affaires, je suis monté à Notre Dame de la Serra pour y prendre une photo à 360 degrés. J’ai continué le long de la route côtière. J’ai photographié les ruines du « Château de Calenzana » ou « Château de Prince Pierre » avec le drone. J’ai également photographié le site minier d’Argentella depuis le ciel. J’ai continué vers Galéria, où j’ai pris des photos aériennes du delta du Fango.

 

Enfin, j’ai pris la D81 en direction de Porto. J’ai photographié les plages de Gradelle, Caspiu et Bussaglia, car les photos que j’ai de ces plages datent déjà de 13 ans. La plupart des restaurants de plage sont déjà ouverts, mais peu de gens se baignent sur les plages. Pourtant, aujourd’hui, la mer était presque lisse comme un miroir. Entre les plages de Caspiu et de Bussaglia, une petite arche rocheuse émerge de la mer. Depuis la route, j’ai fait voler le drone sur 170 mètres de dénivelé, juste au-dessus du niveau de la mer, et j’ai ainsi pu photographier très confortablement cette belle porte rocheuse.

 

Comme il y avait de l’orage dans la montagne, je n’ai pas fait le tour d’Ota et du pont génois de Zaglia, mais je suis passé par les calanches de Piana, où j’ai pris quelques photos. En chemin, j’ai encore fait un petit détour par le Port de Castagna. C’était autrefois un endroit très apprécié des camping-cars pour faire du camping sauvage. Mais maintenant, une poutre bloque l’accès aux véhicules hauts. J’ai fait quelques photos dans la Calanche et j’ai également photographié la baignade dans le Dardo. Je me suis ensuite garé au « Stade de Piana », d’où partent plusieurs randonnées. Je n’ai fait que le petit tour sur l’ancien sentier muletier de Piana à Ota. Cette randonnée en boucle dure un peu plus d’une heure, mais offre des vues magnifiques sur la Calanche et sur Piana.

 

Pour finir, je me suis encore rendu au Belvédère de Piana. J’ai planté ma tente au camping Funtana a l’Ora. J’ai trouvé un endroit magnifique. Maintenant, je suis assis dans le port de Porto et j’attends le coucher du soleil. Ensuite, je vais manger.

Vendredi, 11 juin

Ce matin, j’ai pris mon petit-déjeuner au bar du camping Funtana a l’Ora, qui heureusement ouvrait déjà à 7h30. Ensuite, je suis monté au parking près du « stade de football » de Piana. De là, j’ai fait une randonnée sur le Capu d’Orto. J’ai eu de la chance, à peine étais-je arrivé au sommet et avais-je pris mes photos que des nuages sont arrivés et ont masqué la vue. Dommage pour les deux couples qui sont arrivés au sommet un peu après moi. La vue depuis le Capu d’Orto est vraiment un rêve. La randonnée compte probablement parmi les plus belles de Corse. La première partie à travers la forêt est certes un peu monotone, mais elle est magnifiquement ombragée. Sur le tout dernier tronçon, on a besoin des mains à quelques reprises.

 

Après la descente, je suis allé à Ota et j’ai photographié le village. Malheureusement, le ciel s’est couvert et il a commencé à pleuvoir dès l’entrée dans la Lonca. En fait, je voulais photographier les baignades dans la Lonca et la Spelunca et me rendre au pont génois de Zaglia. Malheureusement, cela n’a pas été le cas. Je suis remonté sur la D84 en espérant que le temps s’améliore. Malheureusement, ce n’était pas vraiment le cas. Le ciel s’est tout de même brièvement éclairci et j’ai pu visiter le village de Chidazzu. Mais dès Marignana, il a recommencé à pleuvoir. Je suis donc redescendu en direction de la côte. J’ai décidé d’aller une nouvelle fois dans la Calanche. Là, j’ai brièvement fait décoller le petit drone.

 

Finalement, je suis retourné au camping Funtana a l’Ora, où je vais passer une deuxième nuit. J’ai rencontré Vincent, avec qui j’avais déjà eu plusieurs contacts par e-mail. Son oncle est propriétaire du camping. Les pizzas du restaurant du camping sont délicieuses. La pâte est délicieusement fine et elles sont bien garnies. Si on utilisait – comme souvent en Corse – de la mozzarella à la place du « fromage rapé », la pizza serait parfaite.

 

Maintenant, je regarde – tout en écrivant et en traitant des photos – le match Turquie-Italie.

 

Demain, nous devrions partir en direction de Niolo. Mais je regarderai à nouveau la météo demain matin et déciderai alors si je dois me rendre à l’intérieur de l’île.

Samedi, 12 juin

Comme hier, j’ai dégusté mon Grand Crème et deux pains au chocolat au bar du camping Funtana a l’Ora. Le patron s’est approché de moi et a commencé à bavarder. Il a pointé du doigt mon t-shirt Paradisu et s’est renseigné sur ce qu’il en était. Il ne connaissait pas encore le site web et ne savait même pas qu’il était un de mes partenaires publicitaires. Il ne s’y connaît pas en Internet, c’est son neveu qui s’en occupe. Il m’a demandé si je connaissais déjà les chalets et la maison en pierre, ce à quoi j’ai répondu par la négative. Il m’a donc invité à faire le tour du camping avec lui. J’ai sorti ma caméra à 360 degrés de la voiture et nous sommes partis en voiturette de golf. Il a ouvert l’un des immenses chalets, allumé la lumière partout, ouvert les rideaux et ajusté les chaises. Pendant ce temps, j’ai installé la caméra. J’ai pris la première photo à 360 degrés, que j’ai transférée directement sur mon téléphone portable. Là, je lui ai montré le résultat et il en était tout retourné. Nous avons continué vers la maison en pierre nouvellement aménagée, dont il est particulièrement fier. Là aussi, j’ai pris plusieurs photos. Près des mobil-homes se trouvent quelques grands mirabelliers. François a garé la voiturette de golf juste en dessous, est monté dessus et m’a cueilli une poignée de fruits mûrs et sucrés. Mais sa visite ne s’est pas arrêtée là. Il m’a également montré son nouveau magazine, qui est vraiment parfaitement bien rangé et trié ! La technique de la piscine n’a pas été oubliée non plus. Pour finir, il m’a offert une bouteille de Clos Culombu (« Le meilleur vin de Corse ! »). Si je souhaite venir avec ma famille, nous sommes cordialement invités. François m’a donné son numéro de téléphone portable personnel et m’a dit qu’il nous réserverait la nouvelle maison en pierre. Un coup de fil suffirait. Après tout, cela a ses avantages de porter un t-shirt Paradisu 😊.

 

J’ai quitté le camping et j’ai pris la D84 en direction d’Evisa. Comme le temps était très clair aujourd’hui, j’ai bifurqué sur la D124 et j’ai photographié les vasques de baignade inférieures de la Lonca. Ensuite, j’ai fait une randonnée jusqu’au pont génois de Zaglia. Celui-ci a été rénové depuis ma dernière visite.

 

De retour sur la D84, j’ai traversé Evisa (la menuiserie était fermée, Regina) et continué jusqu’au parking près des Cascades d’Aitone. J’ai photographié le magnifique lieu de baignade. Ensuite, j’ai continué par le Col de Verghio. C’est ici que je commencerai en été, avec Dirk, notre randonnée de 4 jours sur le GR20. Dans le Valduniellu, j’ai visité les petits bassins de baignade près de la Funtana Carulina et, un peu plus bas, ceux de la passerelle sur le Golo.

 

Près du Ponte Alto, je suis également monté à la passerelle, mais j’ai vu que ce n’était pas un lieu de baignade. Le Golo est trop encaissé et il est difficile de descendre jusqu’à l’eau.

 

Sur la Mare a Mare Nord, je me suis promenée jusqu’au pont de plaisir de Muricciolu et son moulin. Malheureusement, j’ai oublié mon appareil photo reflex dans la voiture, je n’ai donc que des photos prises avec mon téléphone portable…

 

Après le pont, j’ai photographié Albertacce et suis monté à Calasima, le village le plus haut de Corse. J’ai continué par Lozzi jusqu’aux deux campings qui conviennent bien pour l’ascension du Monte Cinto. La piste qui mène de là plus haut et qui raccourcit sensiblement la durée de l’ascension a malheureusement été fermée. J’ai eu de la chance en 2013, lors de ma première et unique ascension du Monte Cinto !

 

J’ai planté ma tente au camping Acquaviva. Mais pour l’instant, il est encore très triste ! Mais pour une nuit, ça va. De la tente, j’ai une belle vue sur le lac de barrage de Calacuccia. Mais ce sera définitivement ma première et dernière nuit sur ce camping.

 

En revanche, le restaurant de Calacuccia a fait mouche. J’y ai dégusté une magnifique salade de chèvre chaud (avec du fromage de chèvre local et non des bâtonnets de chèvre de supermarché) et un très savoureux stuffatu à veau. Et pour tous ceux qui veulent manger ici aussi : C’est le restaurant A Casa Nulinca.

Dimanche, 13 juin

Des bêlements de moutons tout près de ma tente m’ont réveillé. Je me suis levé et j’ai tout rangé. Il n’y avait pas de bar au « camping » où je pouvais prendre mon petit déjeuner, alors je suis allé à Calacuccia et j’ai pris mon petit déjeuner au Café de France. La tenancière s’est intéressée à mon travail et a finalement demandé à ce qu’il soit mentionné dans mon récit de voyage. Donc : si vous traversez le Niolo et que vous avez soif, arrêtez-vous au Café de France.

 

J’ai ensuite photographié les villages de Calacuccia, Sidossi et Casamaccioli avec le drone. Ensuite, je suis monté à Corscia, d’où je me suis promené jusqu’au pont génois, le Pont de l’Ercu. Celui-ci est petit mais magnifique et enjambe le ruisseau, actuellement très riche en eau, qui forme ici de petites vasques pour la baignade. Après cette randonnée (près d’une heure et demie), je suis allé à la Scala di Santa Regina et me suis garé près de la Ruda, un ruisseau qui forme une belle baignade un peu en amont. Elle se trouve directement en aval d’un pont à deux arches, sur lequel passe l’ancien chemin.

 

J’ai traversé la Scala di Santa Regina et me suis dirigé vers Corte. À Caporalino, j’ai pris la D818 en direction d’Omessa. C’est un village qui vaut vraiment la peine d’être vu, avec un plan particulier. Autour de l’église, les maisons sont regroupées en un ovale presque fermé.

 

Depuis Corte, j’ai remonté la vallée de la Restonica et j’ai photographié plusieurs lieux de baignade dans la Restonica. Ils étaient presque tous bien fréquentés, en premier lieu par les habitants, car c’était dimanche. En chemin, j’ai croisé Chrigi et Marlen, qui sont actuellement en Corse pour une semaine. Nous nous sommes donné rendez-vous pour le dîner du lundi soir à L’Île Rousse.

 

Malheureusement, le restaurant du camping Tuani est encore fermé. J’ai donc décidé de ne pas planter ma tente là-bas, mais à Corte. J’ai opté pour le camping Alivetu.

 

Pour le dîner, j’avais rendez-vous avec Christoph Berg. Il est l’auteur d’un guide moto et d’un guide de randonnée sur la Corse et nous nous connaissons depuis plus de 20 ans. Nous avons mangé et discuté jusqu’à 23 heures, heure du couvre-feu.

Lundi, 14 juin

La société Manawa, avec laquelle je travaille depuis environ deux mois (on peut réserver de nombreuses activités par son intermédiaire), m’a invité à une excursion d’une journée dans le Désert des Agriates. Certes, cela n’était pas prévu dans le planning initial de mon voyage de recherche, mais je me réjouissais beaucoup de cette excursion et j’ai donc rayé de mon programme la vallée d’Ascotal, où je n’étais allée qu’en été 2020.

 

Je devais me lever tôt, car le rendez-vous était fixé à 9 heures à L’Île-Rousse, ce qui représente une heure de trajet. De plus, je voulais prendre un petit déjeuner avant.

 

Stéphane, notre chauffeur et guide, est venu nous chercher. Il était accompagné d’une autre blogueuse de voyage et de son amie, ainsi que de deux autres personnes. Nous avons pris la direction du Désert des Agriates et nous sommes arrêtés au premier col, là où une piste bifurque vers la baie de Ghignu. Stéphane a disparu brièvement dans le maquis et est revenu avec une poignée de plantes. Il en a parlé et a expliqué sur un plan comment la journée allait se dérouler.

 

Peu avant Casta, nous avons bifurqué sur la piste qui descend vers les plages de Loto et Saleccia. Après seulement 400 mètres, une Renault Clio était déjà bloquée et attendait l’aide demandée. Nous avons pu poursuivre notre route. La « route » ne devrait vraiment être empruntée que par des véhicules tout-terrain et non par des voitures normales ! Certes, comme je l’ai vu l’après-midi, il y avait aussi deux bus VW sur le parking derrière la plage de Saleccia, mais je ne sais pas comment ils sont descendus. Dans notre 4×4 bien suspendu, nous avons été bien secoués à plusieurs reprises, mais Stéphane a parfaitement maîtrisé les nombreux virages et trous.

 

En chemin, Stéphane s’est arrêté près d’un petit étang sur lequel fleurissaient des nénuphars. Cela illustre une fois de plus le fait que le Désert n’est pas un « désert », mais tout simplement une « région abandonnée ». Au Moyen-Âge, la région a fait l’objet d’une exploitation agricole intensive. On y cultivait des céréales et de la vigne. On découvre encore de nombreux pagliaghji, des cabanes maçonnées réparties dans tout le Désert des Agriates, qui témoignent de l’importance passée de la région.

 

Nous nous sommes garés au-dessus de la plage du Loto. A partir d’ici, nous avions « quartier libre ». Stéphane devait revenir nous chercher à 16 heures sur le parking au-dessus de la plage de Saleccia. Nous avions le choix entre nous y rendre avec lui un peu plus tard ou plutôt entreprendre la randonnée le long de la côte.

 

J’ai traversé toute la plage et, de l’autre côté, j’ai fait décoller mon drone. Je suis ensuite retournée manger du melon et du jambon au restaurant La Cabana, situé dans un endroit un peu caché. Après avoir repris des forces, je me suis promené le long de la côte, de la plage de Loto à celle de Saleccia. Cette petite randonnée dure un peu plus d’une heure et vaut la peine, ne serait-ce que pour les magnifiques vues sur le Cap Corse.

 

Sur la plage de Saleccia, j’ai d’abord fait décoller mon drone d’un côté, puis je me suis promené sur toute la plage jusqu’à l’autre extrémité, d’où j’ai encore fait des prises de vue aériennes. Comme j’étais le seul de notre groupe à ne pas me baigner, j’ai rejoint Stéphane bien plus tôt et nous avons échangé pendant plus d’une heure sur son travail et le mien, en nous montrant sur nos téléphones portables des images de sites touristiques à recommander.

 

Ensuite, nous sommes déjà retournés à L’Île-Rousse, où j’avais rendez-vous avec Chrigi et Marlen pour le dîner. Comme toujours, c’était excellent à l’Escale ! Après le repas, il me restait encore à rentrer à Corte.

 

@allroademotions

@manawa.outdoor

Strand Von Saleccia - Plage De Saleccia
Strand Von Saleccia - Plage De Saleccia
Strand Von Saleccia - Plage De Saleccia
Strand Von Saleccia - Plage De Saleccia
Strand Von Saleccia - Plage De Saleccia
Strand Von Saleccia - Plage De Saleccia
Strand Von Saleccia - Plage De Saleccia
Strand Von Saleccia - Plage De Saleccia
Strand Von Saleccia - Plage De Saleccia
Strand Von Saleccia - Plage De Saleccia
Plage Du Lotu - Strand Von Lotu
Plage Du Lotu - Strand Von Lotu
Plage Du Lotu - Strand Von Lotu
Plage Du Lotu - Strand Von Lotu
Plage Du Lotu - Strand Von Lotu
Plage Du Lotu - Strand Von Lotu
Plage Du Lotu - Strand Von Lotu
Désert Des Agriates Avec All Road Emotions
Désert Des Agriates Avec All Road Emotions
Désert Des Agriates Avec All Road Emotions
L'Île-Rousse
Ponte Leccia
Strand Von Saleccia - Plage De SalecciaStrand Von Saleccia - Plage De SalecciaStrand Von Saleccia - Plage De SalecciaStrand Von Saleccia - Plage De SalecciaStrand Von Saleccia - Plage De SalecciaStrand Von Saleccia - Plage De SalecciaStrand Von Saleccia - Plage De SalecciaStrand Von Saleccia - Plage De SalecciaStrand Von Saleccia - Plage De SalecciaPlage Du Lotu - Strand Von LotuPlage Du Lotu - Strand Von LotuPlage Du Lotu - Strand Von LotuPlage Du Lotu - Strand Von LotuPlage Du Lotu - Strand Von LotuPlage Du Lotu - Strand Von LotuPlage Du Lotu - Strand Von LotuDésert Des Agriates Avec All Road EmotionsDésert Des Agriates Avec All Road EmotionsDésert Des Agriates Avec All Road EmotionsL'Île-RoussePonte Leccia

Mardi, 15 juin

Après avoir plié bagage, je me suis rendu dans le centre de Corte pour prendre mon petit-déjeuner dans un bar. Ensuite, j’ai pris la T50 en direction d’Aleria et j’ai photographié le pont génois fraîchement rénové, le Pont de Piedicorti. Il compte trois arches et enjambe le Tavignano. D’Aleria, je me suis dirigé vers la mer, en passant par le domaine viticole Président et jusqu’à la Tour de Diane. J’ai photographié la tour génoise Tour de Diane, qui se trouve à l’embouchure de l’étang de Diane. Ici, on trouve des kilomètres de plages de sable qui sont peu fréquentées, même en plein été. Mais en ce moment, le tronçon de plage allant d’ici à Solenzara est fermé à cause de la pollution par les hydrocarbures.

 

Je me suis ensuite rendu sur les lieux de baignade du Fium’Orbo, que j’ai photographiés (à l’exception de l’arbre en Y et du Pont de Mela, dont j’avais déjà pris de nouvelles photos en été 2020). J’ai ensuite emprunté la D44 via Lugo-di-Nazzo et Poggio-di-Nazzo pour me rendre dans la région du Fium’Orbo.

 

J’ai continué sur la D44 jusqu’à Isolaccio-di-Fiumorbo. Ce tronçon de route est très étroit et isolé. Ensuite, j’ai pris la D945 en direction de San-Gavino-di-Fiumorbo. Près du hameau de Bruschiccia, un chemin de randonnée très raide et parfois difficile à reconnaître mène à la Cascade de Bura (Buja). Il faut compter une bonne heure pour l’aller-retour.

 

Après la randonnée, nous avons continué en direction d’Ania. Entre les deux se trouve un magnifique lieu de baignade, où j’ai rencontré un groupe de motards allemands qui connaissaient Paradisu.

 

La D945 continuait jusqu’à Pietrapola. Les thermes ont fermé cette année pour cause de travaux de rénovation. J’ai continué mon circuit dans le Fium’Orbu sur la D45 et suis monté jusqu’à Prunelli-di-Fiumorbo. De là, on aurait une très belle vue sur la côte est, mais le temps était très brumeux. Sur la D345 très sinueuse, je suis descendu sur la plaine de la côte est et de là, j’ai continué sur la T10. Celle-ci m’a conduit à Solenzara. Là, j’ai tourné sur la D268 en direction du col de Bavella et j’ai roulé jusqu’au camping U Ponte Grossu.

 

Je me suis inscrit et j’ai garé la voiture sur un emplacement libre. Avec l’appareil photo, j’ai fait un tour. Soudain, une voiturette de golf est arrivée. Le conducteur s’est présenté à moi comme Toussaint, le propriétaire du camping. Il m’a invité à faire le tour du terrain avec lui. Il m’a montré le nouveau bloc sanitaire, le parc de fitness et tout ce qu’il avait amélioré ces dernières années. Le camping s’est vraiment beaucoup amélioré depuis ma dernière visite il y a plus de 10 ans ! Toussaint fait tout lui-même et déborde d’idées. Après avoir fait le tour du camping, il m’a conduit de l’autre côté de la route. Là, derrière un portail, se trouve sa petite ferme avec deux chèvres et une vingtaine de poules. Il est entré dans le poulailler et en est ressorti avec 12 œufs frais qu’il m’a offerts.

 

Nous sommes montés dans son 4×4 et avons remonté une piste très sinueuse de 2 km jusqu’à sa maison. Toussaint s’est construit ici un véritable paradis ! On y jouit d’un calme absolu et d’une vue magnifique sur le groupe Bavella. Le jardin est aménagé avec amour et les plantations sont variées. Il m’a glissé dans la main quelques fraises fraîches, de la menthe et du romarin. Dans le jardin, il y a une magnifique piscine. Il a magnifiquement aménagé la maison, une ancienne bergerie. Il y vit en autarcie. L’eau provient de sa propre source et l’électricité est produite par des panneaux solaires qui alimentent une batterie.

 

Après la visite, nous sommes retournés au camping, où j’ai pu monter ma tente. Toussaint m’a invité à dîner et nous avons mangé ensemble pendant qu’il me parlait de l’incendie de forêt de 2019. C’était extrêmement impressionnant, car il avait participé aux travaux d’extinction avec son propre camion de pompiers. Il n’a pratiquement pas dormi pendant ces jours et son jardin d’escalade a subi de gros dégâts. Les images et les films qu’il m’a montrés sur son téléphone portable étaient effrayants. Il m’a envoyé une sélection d’images qui seront bientôt disponibles sur Paradisu.

Mercredi, 16 juin

Après avoir plié bagage, je suis allé au restaurant du camping pour prendre mon petit-déjeuner. Toussaint n’était pas encore arrivé. J’ai donc commencé par prendre quelques photos du camping U Ponte Grossu avec un drone. Toussaint était ensuite présent et nous avons pris un café ensemble.

 

Finalement, j’ai pris congé de lui et suis monté au col de Bavella. Là, j’ai pris quelques photos et j’ai continué jusqu’à Zonza. De là, j’ai pris la D268 via San-Gavino-di-Carbini jusqu’à Levie et de là jusqu’au Castello di Cucuruzzu. J’ai entrepris la petite randonnée circulaire à travers la magnifique forêt et j’ai visité Cucuruzzu et Capula (entrée 4 euros). J’ai également photographié le Castellu di Cucuruzzu avec le drone.

 

J’ai continué par Sainte-Lucie-de-Tallano et ensuite par la D20 jusqu’à Zoza. Ici, j’ai visité le lieu de baignade dans la rivière en aval du village. Près du pont, on trouve un très grand et profond bassin, mais malheureusement l’eau est assez brune et n’invite pas vraiment à la baignade. Malgré tout, le lieu de baignade est bien fréquenté en été.

 

J’ai finalement atteint la D420, qui m’a conduit à Aullène en passant par Sorbollano et Serra-di-Scopamene. À partir de là, la route monte fortement et traverse une ancienne zone de feux de forêt. Les rochers rouges, que l’on voit maintenant très bien, rappellent fortement la Calanche.

 

Au nord de Moca-Croce, je voulais faire une randonnée vers la Piscia di l’Onda. Malheureusement, le chemin de randonnée qui y mène est actuellement fermé. Pourquoi, ce n’est pas indiqué sur le panneau. J’ai donc continué un peu plus au nord jusqu’au monument torréanique de Foce. J’ai ensuite continué vers Petreto Bicchisano, où je voulais visiter le dolmen de Settiva. Cependant, l’accès a été fermé entre-temps et j’ai dû repartir sans rien faire.

 

La T40 m’a amené à Grosseto, où j’ai bifurqué sur la D2 en direction de Santa-Maria-Siché. J’ai ensuite suivi la D83 jusqu’aux Bains de Guitera en passant par les villages de Campo, Frasseto, Zécavo et Corrano. De là, j’ai pris la D757 et la D757A jusqu’à Zicavo. Un peu au sud se trouve le magnifique site de baignade fluviale de Pont de Camera. J’ai continué sur la D69 jusqu’au col de la Vaccia, où je me suis installé dans une très belle chambre à la Ferme Auberge du col de la Vaccia. Le dîner sur la terrasse était accompagné d’un magnifique coucher de soleil et était très bon.

Jeudi, 17 juin

J’ai pris mon petit-déjeuner sur la terrasse de l’Auberge du Col de Vaccia. Après avoir fait mes bagages, j’ai payé la chambre, le dîner et le petit-déjeuner et j’ai répondu au patron au sujet de Paradisu.

 

Ensuite, j’ai pris la D26, une route très étroite et sinueuse, qui descend vers Olivese. J’ai suivi cette route jusqu’à un pont sur le Taravo, où j’espérais trouver un bel endroit pour me baigner. Elle serait belle, mais malheureusement, l’eau de la rivière est très brune et on ne voit pas le fond de la rivière. Cela n’invite pas vraiment à la baignade. Je suis retourné à Olivese, puis j’ai pris la D757 vers le nord. Mon prochain objectif était le pont génois, le Pont de la Trinité. Depuis la route, celui-ci n’est malheureusement pas indiqué. Je me suis fiée à Google-Maps et j’ai suivi une piste qui descendait jusqu’à la rivière. Mais celle-ci traversait un terrain privé. Une fois en bas, j’ai découvert le bon chemin. Le pont lui-même est très beau. Il enjambe le Tavaro en forme de S, ce que je n’ai encore jamais vu sur aucun pont génois en Corse. Mais ici aussi, l’eau est brune.

 

L’objectif suivant était le pont génois de Ponte Novu. Celui-ci m’a été signalé par la mairie de Zicavo comme une curiosité. Il est facile d’accès, mais il s’agit d’un pont tout à fait normal. Mme Antoine-Santoni m’a contacté en 2018 pour me dire qu’elle regrettait que le Haut-Taravo soit peu présent sur Paradisu. C’est d’ailleurs ce qui a motivé mon séjour actuel dans cette région. Elle m’a envoyé une liste de sites à visiter, dont le pont génois de Ponte Novi, qui n’en est pas un.

 

Le site de baignade fluviale de Pont de Piconca était difficilement accessible, de plus l’eau était toujours marron. Ce n’est pas intéressant.

 

L’étape suivante était la source thermale des Bains de Guitera. L’ancien hôtel est fermé depuis des décennies et fortement délabré. Le bassin dans lequel s’écoule l’eau sulfureuse à 45 degrés n’est malheureusement pas retenu, c’est pourquoi on ne peut pas s’y baigner.

 

Ensuite, j’ai voulu visiter la statue-menhir de Castaldu. « Voulais » est exact, car je ne l’ai pas trouvée, même après une recherche de près de deux heures. Depuis la route, un panneau indique la bonne direction et peu après, un deuxième panneau indique également le chemin. Puis c’est la fin. Pas d’autre indication, rien. J’ai suivi plusieurs chemins et franchi plusieurs portes. Sans succès. Je n’ai pas trouvé la statue du menhir. Cela entraînera un mail correspondant à Madame Antoine-Santoni. Si le chemin est indiqué sur la route, il doit aussi mener au but !

 

Suite à cette recherche infructueuse, je suis retourné au Taravo en passant par Ciamannacce, Sampolo, Tasso et Gioviacce. Ensuite, je suis allé à Cassano, puis j’ai passé le col de Verde en direction de Ghisoni. Soudain, une BMW 1200 GS bleue s’est collée à mon arrière. C’était Christoph Berg ! Nous nous sommes arrêtés et avons échangé sur nos objectifs respectifs.

 

Je suis passé par Ghisoni, où j’ai fait des photos aériennes, puis par le Défilé de l’Inzecca en direction de Ghisonaccia, avant de revenir au camping U Ponte Grossu. J’avais oublié de rendre l’adaptateur à Toussaint…

 

Ensuite, j’ai pris la T10 en direction de Bastia. Au sud de Folelli, je me suis encore arrêté chez mon marchand de vin préféré et j’ai fait un petit achat pour la maison (Orenga de Gaffory et Clos Culombu, tous deux rouges). J’ai finalement atteint le camping San Damiano, où une belle parcelle m’avait été réservée au premier rang.

 

Je suis maintenant assis au restaurant La Pagode et je savoure mon dernier repas sur l’île – avant trois semaines. Ensuite, je serai de retour en Corse avec ma famille !

Vendredi, 18 juin

Je suis maintenant assise sur le Sardinia Vera (en fait, le billet indique Mega Express 2…). Il aurait dû partir il y a 40 minutes déjà, mais si je regarde dehors et les autres voitures, nous partirons avec au moins une heure de retard.

 

Après le rangement au camping San Damiano ce matin, j’ai encore rencontré Claudia John, qui gère une école de langues sur le camping. Mes deux filles sont allées à l’école avec elle l’été dernier pour apprendre un peu de français. Claudia m’a recommandé une station test à Biguglia. Certes, presque toutes les personnes qui rentrent chez elles m’écrivent qu’aucun test n’avait été demandé dans le port, mais la Corsica Ferries continue d’écrire sur son site Internet qu’il faut un test PCR ou antigène négatif pour pouvoir traverser vers l’Italie. De plus, j’étais intéressé par le déroulement de l’opération.

 

Je me suis donc rendu à la pharmacie Alfonsi à Biguglia (42.6233563, 9.4372354). Devant la pharmacie se trouve un conteneur portant l’inscription « ICI TEST COVID-19 ». Mais il faut d’abord entrer dans la pharmacie et s’inscrire. L’homme m’a demandé pourquoi je voulais faire un test. Il a pris mes coordonnées, y compris mon numéro de téléphone portable. Je n’ai rien eu à payer. Avec le reçu, j’ai pu entrer dans le conteneur de test, où une femme m’attendait. Elle m’a demandé si je préférais faire le frottis dans le nez ou dans la gorge. J’ai opté pour le pharynx, ce qui est nettement plus agréable. Ensuite, il a fallu attendre 15 minutes. Finalement, j’ai reçu un SMS avec un lien. Je devais entrer ma date de naissance et la confirmer. J’ai ensuite reçu un code dans un deuxième SMS. J’ai ainsi pu télécharger le résultat de mon test. Presque en même temps, l’homme de la pharmacie est venu m’apporter le résultat du test sous forme imprimée.

 

Après le test, je suis allé brièvement au supermarché où j’ai acheté quelques petites choses, puis je me suis rendu au port. Le ferry n’était pas encore arrivé et un coup d’œil sur l’application MarineTraffic m’a montré qu’il n’arriverait pas à l’heure. Le billet que j’avais dû changer pendant mes vacances a été accepté en version numérique. On m’a remis le formulaire « AUTODICHIARAZIONE GIUSTIFICATIVA PER L’INGRESSO IN ITALIA DALL’ESTERNO » dans la main. Mais comme j’avais rempli la veille le formulaire numérique sur https://app.euplf.eu, j’ai renoncé à le remplir davantage. Personne n’a voulu voir ni le formulaire distribué, ni le test, ni le code QR du formulaire numérique.

 

Nous verrons bien quand nous partirons et quand je descendrai du bateau à Livourne.

Covid Testzentrum Korsika 01
Covid Testzentrum Korsika 01
Covid Testzentrum Korsika 02
Testresultat Corona Antigentest Korsika 01
Fähre Heimreise Korsika
Covid Testzentrum Korsika 01Covid Testzentrum Korsika 02Testresultat Corona Antigentest Korsika 01Fähre Heimreise Korsika
Back To Top