skip to Main Content

La vallée d’Asco

Asco
Asco
Genueserbrücke Asco
Ascotal
Haut-Asco
Asco
Ascoschlucht
Bienen im Ascotal

À l’entrée, la vallée d’Asco est encore large, puis elle se faufile à travers une gorge étroite, avant de grimper avec régularité et de s’achever dans un cirque étroit, entouré de sommets culminant à plus de 2 000 mètres.

 

La vallée est extrêmement appréciée des randonneurs. Elle offre également une belle via ferrata aux amateurs/trices d’escalade ainsi qu’un parc d’aventures aux familles. Je vous recommande également la randonnée dans la vallée de la Tassineta ainsi que les nombreuses et magnifiques piscines naturelles, comme celles situées près du célèbre pont génois d’Asco.

 

Au printemps, au moment de la fonte des neiges, l’Asco est également très prisée des kayakistes. Il est même à nouveau possible de skier dans la vallée d’Asco, car les remontées mécaniques détruites en 1998 par un éboulement rocheux ont été reconstruites en 2015. Une population de mouflons trouve encore refuge en altitude (un petit musée leur est d’ailleurs consacré dans la vallée). Loin en contrebas, encore avant les gorges, des tortues d’Hermann, seules tortues terrestres vivant à l’état sauvage en France, sont élevées dans le Village des tortues.

Se rendre dans la vallée d’Asco

Pour rejoindre la vallée d’Asco, prenez la T30 au niveau du rond-point de Ponte-Leccia, en direction de Calvi et de l’Île-Rousse. Après un peu plus de 2 km, tournez à gauche sur la D47 en direction d’Asco. Dans sa partie basse, la vallée est encore large et plate. Au bout de 5 km, la D47 bifurque ensuite sur votre droite, vers les villages de Moltifao et de Castifao.

Juste après l’embranchement, la route traverse l’Asco (une jolie piscine naturelle vous attend en contrebas du pont). Il ne vous restera alors plus que 3 km à parcourir pour rejoindre Moltifao, d’où vous pourrez profiter d’un magnifique panorama sur la partie la plus basse de la vallée d’Asco.

Moltifao
Moltifao
Moltifao
Moltifao
Moltifao
Moltifao
Moltifao

Après avoir traversé le village, vous atteindrez un petit col, où se dressent les remarquables ruines du couvent Saint-François de Caccia.

Le couvent St-François de Caccia

Un simple ermitage en bois fut tout d’abord érigé à cet endroit, en 1510, avant d’être détruit en grande partie en 1553 par les troupes génoises. Le couvent fut ensuite restauré en 1569 et constamment agrandi au fil des années. Pillé en 1774, il est alors définitivement laissé à l’abandon. En 1782, une partie du plafond de l’église s’effondre (le trou est bien visible aujourd’hui) et fait plusieurs victimes. En 1824, les communes de Moltifao et de Castifao décident d’aménager un cimetière autour des ruines du couvent. Le cimetière n’a cessé de prendre de l’ampleur depuis cette époque et un grand nombre de tombes ont même été creusées à l’intérieur de l’église qui menace de s’effondrer. L’entrée de celle-ci est condamnée par une clôture en bois. Si vous souhaitez observer de plus près le bâtiment, allez sur le côté gauche de l’église et ouvrez la barrière au niveau du passage situé sur le mur arrière du monastère. Attention au risque d’effondrement ! Vous pouvez explorer plusieurs pièces et couloirs, et même voir la nef à travers une entrée partiellement murée sur le côté opposé.

Kloster St-François de Caccia
Kloster St-François de Caccia
Kloster St-François de Caccia
Kloster St-François de Caccia
Kloster St-François de Caccia
Kloster St-François de Caccia
Kloster St-François de Caccia
Kloster St-François de Caccia
Kloster St-François de Caccia
Kloster St-François de Caccia
Kloster St-François de Caccia
Kloster St-François de Caccia

Pour rejoindre Castifao, il vous suffit de suivre la route pendant 500 m, tout droit après le col. Sur votre gauche, en haut du village (lequel se situe déjà dans la vallée de la Tartagine), trône la tour carrée de Paganosa. La route termine sa course dans le village.

Castifao Tour de Paganosa

Depuis l’embranchement mentionné plus haut, la D247 vous conduit jusqu’à Piana. 3 km plus loin, vous atteindrez une seconde bifurcation. Restez alors sur votre gauche et continuez sur la D547 qui descend jusqu’à la rivière de la Tartagine. Juste avant le pont, une piste cahoteuse bifurque sur votre gauche, en direction du magnifique pont génois de Piana (panneau « Pont génois »). Il ne vous restera alors plus que 200 m à parcourir pour le rejoindre.

Genueserbrücke von Piana
Genueserbrücke von Piana
Genueserbrücke von Piana
Genueserbrücke von Piana
Genueserbrücke von Piana
Genueserbrücke von Piana

Derrière le pont, se situe le petit village de Piana (à ne pas confondre avec les célèbres Calanques de Piana dans le golfe de Porto !). Ici, vous avez le choix entre plusieurs itinéraires. Soit reprendre le même chemin pour revenir dans la vallée d’Asco et poursuivre la ballade décrite ci-dessous. Soit, à partir du pont, continuer votre route sur à peine 500 m (en direction de Castifao), et traverser la partie basse de la vallée de la Tartagine en suivant la D247 jusqu’à atteindre l’ancienne T30, laquelle vous permettra de revenir à Ponte-Leccia.

Le trajet sur la D547 et la D963 vers Olmi-Capella, à travers des paysages moins habités, est également très beau.

 

Un minuscule pont génois est visible un peu en contrebas de la route. Pour vous y rendre, prenez la D547 à partir de Piana (au niveau du pont routier sur la Tartagine) et roulez pendant 8,3 km. Vous verrez alors un petit sentier qui bifurque sur votre droite. Suivez-le pendant moins de 5 minutes et traversez le ruisseau. Le petit pont se situe juste après, sur votre gauche.

Winzige Genueserbrücke ohne Namen

Restez ensuite sur la D547 et bifurquez à gauche sur la D963 (en direction d’Olmi-Capella), par la Bocca Capanna.

 

La carte IGN de l’Île-Rousse répertorie cinq ponts génois méritant d’être vus. Situés sur une aire géographique restreinte autour d’Olmi-Capella et de Mausoléo, tous sont desservis par des chemins de randonnée. Je n’ai malheureusement pas encore réussi à tous les visiter.

 

Poursuivez sur la montée de Bocca di a Battaglia, depuis laquelle vous pouvez profiter d’une vue imposante sur la Balagne orientale. Ce col, où débute également la randonnée vers le Monte Tolu, permet de rejoindre la commune de Speloncato.

Retour dans la vallée d’Asco

À partir de l’embranchement en direction de Moltifao et de Castifao, la D147 suit en permanence le cours de l’Asco. L’intéressant Village des tortues vous attend 600 m plus loin. Contrairement au parc d’A Cupulatta, qui propose une grande diversité d’espèces, le Village des tortues se consacre presque exclusivement et avec passion à l’élevage de la tortue d’Hermann (Testudo hermanni hermanni), une tortue terrestre vivant à l’état sauvage en Corse.

 

Horaires d’ouverture : tous les jours de 9h30 à 13h et de 14h30 à 19h. Tarif : 6 € (3 € pour les moins de 16 ans). Entrée possible jusqu’à 1 heure avant la fermeture.

Un peu plus d’1 km après le Village des tortues, sur le côté droit de la route, se trouve un parking qui génère, non sans raison, une forte affluence en haute saison. Les premières belles piscines naturelles de l’Asco se situent en effet juste en contrebas de celui-ci.

Les gorges de l’Asco

Juste après, vous traverserez la rivière de l’Asco. La vallée se rétrécit ensuite brusquement et débouche sur les gorges de l’Asco. Mais avant que celles-ci ne deviennent vraiment étroites, vous tomberez sur un beau parc d’aventures et une via ferrata que je vous recommande vivement. Cette dernière évolue à travers de belles falaises percées de tafonis et propose différents niveaux de difficultés. Mais la cerise sur le gâteau n’arrive qu’à la fin du parcours : au lieu de redescendre tous les mètres de falaise que vous avez gravis, vous avez la possibilité de retourner dans la vallée à l’aide de plusieurs tyroliennes géantes, dont la longueur ne cesse d’augmenter. Une expérience formidable !

Ascoschlucht

Vous traverserez ensuite les gorges profondément encaissées de l’Asco sur une route étroite. À partir de ce point, la vallée d’Asco n’est plus recommandée aux camping-cars (et si vous avez une remorque, c’est déjà au niveau du camping Tizarella que votre route s’achève). L’Asco forme de très belles piscines naturelles à différents endroits. Une fois que vous aurez traversé les gorges, vous apercevrez le village d’Asco sur le versant opposé.

Magnifiquement situé, à une altitude de 600 m, Asco est un village de montagne important (si l’on se place du point de vue de la Corse). Des ruches sont disséminées tout autour du village et le délicieux miel peut être acheté partout. Le tourisme constitue ici aussi la principale source de revenus. L’élevage des vaches, des moutons et des chèvres a quant à lui perdu de son importance.

Asco
Asco
Asco
Asco
Asco
Asco
Asco

Un joli pont génois enjambe la rivière en contrebas du village. Après avoir contourné le village d’Asco sur la D147, tournez complètement à gauche (direction Asco). Puis, juste après, tournez complètement à droite. L’étroite route descend jusqu’à la rivière en formant deux virages serrés et s’achève brusquement près d’un parking. Attention : cette route est fermée depuis 2017 et le parking a été presque entièrement emporté par les eaux. Je doute qu’il sera reconstruit et il est donc désormais nécessaire de rejoindre la rivière à pied depuis la D147 (environ 850 m).

Pont génois d'Asco
Pont génois d'Asco
Pont génois d'Asco
Pont génois d'Asco
Pont génois d'Asco

Le pont génois d’Asco figure parmi les plus célèbres de Corse. Le bassin transparent qui se trouve en dessous constitue un merveilleux lieu de baignade et permet, dans sa partie supérieure, d’effectuer des plongeons à 3-4 mètres de hauteur. Si vous descendez le cours de la rivière, vous atteindrez (après la première courbe à droite) une très belle et très profonde piscine naturelle.

Après Asco, la vallée ne cesse de s’élever, tandis que le chemin se poursuit à travers la fraîcheur de la forêt de pins de la commune. Au bout de 7 km, après avoir changé de rive au niveau du pont de Roggia, vous trouverez un grand parking sur votre droite. C’est ici que le ruisseau de la Tassineta se jette dans le Stranciacone pour donner finalement naissance à la rivière d’Asco. Le petit musée du mouflon (Maison du Mouflon, Casa di a Muvra), que l’on pouvait visiter gratuitement, était également installé ici autrefois. Le bâtiment a entre-temps été abandonné et le musée est désormais installé dans le domaine du Haut-Asco. Outre le mouflon, d’autres animaux présents dans la région y sont présentés.

Ascotal Maison du Muflon

La vallée de la Tassineta

La randonnée dans la vallée de la Tassineta, qui n’est connue que par le bouche à oreille, suit l’unique chemin qui traverse la vallée et vous conduit jusqu’à de petites mais très belles piscines naturelles. Comptez une bonne heure et demie pour effectuer l’aller-retour (baignade non incluse bien sûr).

Ascotal

Haut-Asco

La route traverse la forêt de pins de Carrozzica et grimpe en plusieurs lacets jusqu’au lieu-dit du Haut-Asco (1 422 m), avant de s’achever sur un grand et sinistre parking. C’est ici que se trouvent les nouvelles remontées mécaniques, construites en 2015. Les anciennes avaient en effet été détruites par un éboulement rocheux au cours de l’hiver 1998. D’affreuses petites maisons de vacances sur pilotis en acier ont été bâties sur le versant sud du domaine. Le Haut-Asco est une étape du célèbre sentier de grande randonnée du GR20, lequel traverse la Corse du nord-ouest (Calenzana) au sud-est (Conca). Le gîte, qui permet de se ravitailler en denrées alimentaires essentielles, accueille les randonneurs du GR20 mais aussi ceux qui partent gravir le Monte Cinto, le plus haut sommet de Corse. Et les possibilités de randonnées ne s’arrêtent pas là (Muvrella, Punta Culaghja…).

 

Le bâtiment de gauche abrite désormais l’Écomusée – Maison du Mouflon de la station du Haut-Asco. Le prix d’entrée est de 2,50 € par personne.

Haut-Asco
Haut-Asco
Haut-Asco
Haut-Asco
Haut-Asco
Haut-Asco

» retour à la page sur l’intérieur nord de la Corse

Photo de la vallée d’Asco

Back To Top