skip to Main Content

Uomo di Cagna

Niveau de difficulté
Durée de la montée 03:00
Durée de la descente 02:30
Montée 729 m
Desente 729 m
Point culminant 1217 m
longue promenade
Randonnée facile
randonnée modérément difficile
Tour de montagne exigeant
Wanderung Uomo di Cagna
Wanderung Uomo Di Cagna
Wanderung Uomo Di Cagna
Wanderung Uomo Di Cagna
Wanderung Uomo Di Cagna
Wanderung Uomo Di Cagna
Wanderung Uomo Di Cagna
Wanderung Uomo Di Cagna
Wanderung Uomo Di Cagna
Wanderung Uomo Di Cagna

L’Uomo di Cagna est une montagne impressionnante, visible de loin, avec un rocher instable au sommet, qui semble vouloir dégringoler dans la vallée à tout moment. La vue s’étend sur toute la pointe sud de la Corse et, par temps clair, jusqu’en Sardaigne.

Itinéraire

Depuis la T40 entre Sartène et Bonifacio, prenez soit la D150, soit la D50 jusqu’à Monacia-d’Aullène. Au centre du village, suivez ensuite la D50 jusqu’à Giannuccio. Il est possible de se garer au niveau de la petite église.

Descriptif de la randonnée à l’Uomo di Cagna

Le village de Giannuccio est assez isolé (la route y menant forme une impasse). Nous suivons le panneau « Uomo di Cagna » et nous nous trouvons sur une route pavée du village. Nous passons devant des maisons. Après environ 5 minutes, le panneau suivant sur la gauche nous indique d’emprunter un chemin étroit. Encore 5 minutes plus tard, le chemin tourne à droite au niveau d’un panneau bien visible. En cette matinée, nous nous retrouvons à l’ombre sur cette partie de la randonnée car nous sommes sur le versant ouest. Peu de temps après, il y a un petit réservoir d’eau sur la gauche et de là, un tuyau noir longe notre chemin pendant longtemps, drainant probablement l’eau d’une source pour le village. Maintenant notre progression devient plus difficile, le chemin se déroule comme un sentier muletier dans un parcours en zigzag, le plus souvent escarpé et à travers le maquis. À environ trois reprises, nous avons l’occasion de profiter de la vue sur Giannuccio et les alentours car les buissons se dégagent. Au bout de 40 minutes environ, quelqu’un a voulu jouer un tour aux randonneurs en peignant une grande flèche bleue sur un rocher. Il indique à gauche un petit ruisseau ou une source. Pour nous, le sentier continue plus ou moins tout droit ou monte vers la droite.

 

Après un total d’environ 1 h, le rocher instable apparaît pour la première fois au loin. Nous voici arrivés sur un haut-plateau. Nous avons une vue magnifique sur la côte sud et l’endroit est entouré de roches aux formes insolites. Le sentier continue pendant environ 1 h à travers la forêt. Il y a des cairns partout et sans doute parce qu’il n’y a pas âme qui vive, cela me rappelle une forêt de conte de fées avec des nains ou des gobelins rôdant à quelques mètres. À un moment, il y a même des cairns alignés sur toute la longueur d’un tronc d’arbre couché ! C’est amusant !

 

Sortis de la forêt, nous sommes sur un haut-plateau, les cairns indiquent de continuer tout droit pendant un court instant. Puis, nous tournons à droite au niveau d’un repère bleu et 25 m plus loin, nous prenons à gauche à la vue d’une porte rocheuse sur la droite. Désormais, outre les cairns, le balisage de couleur est davantage présent. Apparemment, personne n’a pu se mettre d’accord sur une couleur ou une forme : points bleus, points jaunes, points bleu jaune, flèches rouges. Si vous n’aimez pas l’escalade ou préférez grimper en toute sécurité, ou encore, si vous avez le pied hésitant, il est inutile de continuer plus loin. Vous devriez faire demi-tour. Tout en montant constamment, nous suivons le sentier sinueux et surtout caillouteux où nous avons besoin de nos mains autant que de nos pieds pour avancer. Nous avons comme le pressentiment de tourner en rond. Notre intuition se révèle exacte. Nous sommes en effet sur la gauche, du côté ombragé du rocher. Après environ 20 minutes, nous quittons l’orée de la forêt derrière nous et à environ 20 m sous un gros rocher, le chemin se ramifie. Tout droit, une autre voie de descente nous mènerait au Col du Monaco, mais nous préférons d’abord monter. Une inscription à la peinture bleue signale sur ce gros rocher « Cagna / 300 m / Bravo ». Mais il ne faut pas nous réjouir trop vite car l’ascension à partir de là dure 30 minutes et avec elle, débute une escalade périlleuse sur les blocs rocheux.

 

Peu après, il y a encore un sentier balisé à l’aide de cairns mais bientôt, les rochers semblent constituer la dernière partie de la randonnée. Rares sont les petites pierres qui servent de balisage et nous devons faire attention de ne pas glisser dans une crevasse. L’Uomo di Cagna remplit presque entièrement notre champ de vision, cependant, il ne faut rien précipiter et se concentrer. Lorsque nous nous trouvons alors au pied du rocher qui oscille, nous grimpons encore si possible en direction de l’ouest sur les blocs rocheux directement adjacents afin de pouvoir profiter d’une vue imprenable sur ce rocher bancal et prendre ainsi des photos. On aperçoit également entre autres l’aéroport de Figari, quelques plages à la pointe sud, la Sardaigne par temps clair, et même tout au loin au nord-ouest, l’impressionnante Paglia Orba. Nous faisons une pause, profitons de l’instant et nous asseyons un moment avant de prendre le chemin du retour.

 

Pour la descente, on repart par le même chemin. Mais il y a une alternative au Col du Monaco. Selon le guide de randonnée Rother, cela nécessite un bon sens de l’orientation et certains passages sont parfois difficiles à franchir.

Back To Top